vendredi 19 juin 2020

"Une annexion réalisée par étapes serait acceptable" (officiel jordanien)

Menahem Kahana (AFP/Archives)Un troupeau de chameaux
 dans la vallée du Jourdain, le 16 février 2014


La présence de l’armée israélienne à notre frontière ouest est préférable à toute autre option

"L’intérêt des Palestiniens est important à nos yeux, mais ce qui prime, ce sont les intérêts nationaux et sécuritaires de la Jordanie", a déclaré un officiel jordanien de haut rang sous couvert d'anonymat à Israël Hayom.

"Nous considérons que tout plan permettant aux Palestiniens de se maintenir en Cisjordanie sans créer de connexion géographique entre un Etat palestinien et le royaume hachémite est acceptable", a-t-il expliqué.


Selon ce responsable, l’option d’une annexion par Israël en plusieurs étapes, avec un rattachement de la vallée du Jourdain dans la dernière phase du plan, serait jugée favorablement par Amman, car cela allégerait les pressions auxquelles fait face le roi Abdallah II.

"Notre position concernant la vallée du Jourdain est connue: nous pensons qu’elle devra faire partie du futur Etat palestinien. Cela dit, nous ne pourrions accepter la présence d’une force militaire internationale chargée d’assurer la sécurité à la frontière ouest de notre pays," a-t-il déclaré.

"C’est la raison pour laquelle nous nous sommes déjà opposés par le passé à l’initiative de l'administration Obama et de l’ancien secrétaire d’Etat John Kerry, qui visait à transférer la plus grande partie de la vallée du Jourdain aux Palestiniens, tout en mettant en place une variété d’outils technologiques pour préserver les intérêts sécuritaires de la Jordanie et d’Israël", a souligné l'officiel.

"Du point de vue de notre sécurité, la présence de l’armée israélienne dans la vallée du Jourdain, à notre frontière ouest, est préférable à toute autre option. Contrairement à la diplomatie entre nos deux pays qui est assez pauvre, la coopération sécuritaire est excellente et nous n’avons pas l’intention de la fragiliser au nom des intérêts palestiniens," a-t-il précisé.

L’officiel a également confié que l’Autorité palestinienne était particulièrement déçue de la réaction des pays arabes sur la question de la souveraineté israélienne.

"Les pays arabes ont chacun leurs priorités internes et je ne crois pas que l’un d’eux ait envie d’endommager ses relations avec les Etats-Unis pour servir les intérêts palestiniens", a-t-il conclu.

Le ministre des Affaires étrangères jordanien était à Ramallah ce jeudi pour discuter des plans d'annexion israéliens avec le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Aucun commentaire: