lundi 1 juin 2020

L’assassinat de George Floyd est-il le meurtre de trop ?

A présent, le président américain a en tête de criminaliser les 
organisations anti-racistes aux États-Unis - Photo : réseaux sociaux

Par Abdel Bari Atwan

La réaction populaire contre l’assassinat de George Floyd pourrait coûter au président le second mandat qu’il convoite.

Les protestations et les émeutes se poursuivent à Minneapolis et dans d’autres villes américaines depuis le meurtre d’un Afro-Américain – non armé – qui a été étouffé par des policiers blancs après qu’ils l’aient violemment immobilisé par le cou et ignoré ses appels à cesser cete violence et à lui laisser la vie sauve.

Ce crime horrible, filmé par la caméra d’un téléphone portable, a une fois de plus mis en évidence de manière explosive l’éternel problème du racisme auquel sont confrontés les Noirs américains aux mains de la police et d’autres organismes d’État.

Bien que les lois ségrégationnistes aient été abolies il y a des années, la discrimination reste omniprésente aux États-Unis et les preuves en sont visibles partout. Les Noirs américains sont extrêmement défavorisés sur le plan économique et social; ils ont une espérance de vie plus courte que leurs compatriotes blancs, sont beaucoup plus susceptibles d’être emprisonnés et – malgré quelques exceptions notables – sont largement sous-représentés au sein du gouvernement et des institutions élues.

Donald Trump est arrivé à la Maison Blanche en se pliant aux préjugés des racistes blancs et en adoptant leur programme. Il n’a cessé de diffamer Barack Obama, de contester son certificat de naissance américain et d’exiger qu’il « retourne » au Kenya, le pays natal de son père. Il n’a cessé de critiquer les immigrants et les étrangers, et en particulier les musulmans.

Une fois en fonction, il a continué à faire de même, alimentant une forte augmentation des attitudes et comportements fanatisés dans le pays, qui prétend pourtant être le leader du « monde libre » et un parangon de liberté et d’égalité.

Il était impossible de ne pas être scandalisé par les images de ce qui s’est produit – et ces images sont devenues virales sur Internet – surtout lorsque la victime George Floyd, dans ses derniers souffles avant d’expirer, a imploré l’officier qui était agenouillé sur son cou de se relever et de lui permettre de respirer.
La suite sur  Chronique de Palestine 

Aucun commentaire: