mardi 26 mai 2020

Netanyahu s’engage à poursuivre l’annexion illégale de la Cisjordanie


Le Premier ministre israélien assiégé, Benjamin Netanyahu, s’est engagé lundi à annexer des parties de la Cisjordanie occupée dans les mois à venir, promettant de poursuivre le plan explosif malgré un chœur croissant de condamnations par des alliés clés.

Les Palestiniens, bénéficiant d’un large soutien international, recherchent toute la Cisjordanie comme le cœur d’un futur État indépendant. L’annexion de vastes portions de ce territoire détruirait presque les derniers espoirs d’une solution à deux États.

Dans une référence apparente à l’administration amicale du président Donald Trump, Netanyahu a déclaré qu’Israël avait une “opportunité historique” de redessiner la carte du Moyen-Orient qui ne pouvait pas être manquée. Les médias israéliens l’ont cité comme disant qu’il agirait en juillet.

“C’est une opportunité que nous ne laisserons pas passer”, a-t-il déclaré aux membres de son parti conservateur du Likoud. Il a ajouté que «l’opportunité historique» d’annexer la Cisjordanie ne s’était jamais produite depuis la fondation d’Israël en 1948.

Ces commentaires menaçaient de rapprocher Israël d’une confrontation avec des partenaires arabes et européens et pourraient creuser ce qui devient un fossé partisan croissant sur Israël à Washington.

Israël a capturé la Cisjordanie pendant la guerre du Moyen-Orient de 1967. Il a installé près de 500 000 colons juifs sur le territoire mais ne l’a jamais officiellement revendiqué comme territoire israélien en raison d’une forte opposition internationale.

Mais l’administration Trump a adopté une position beaucoup plus douce envers les colonies israéliennes que ses prédécesseurs. L’équipe de Trump au Moyen-Orient est dominée par des conseillers ayant des liens étroits avec les colonies, et son plan au Moyen-Orient, dévoilé en janvier, prévoit de laisser quelque 30% du territoire sous contrôle israélien permanent tout en accordant aux Palestiniens une autonomie accrue dans le reste de la région. Les Palestiniens ont rejeté le plan, affirmant qu’il est injustement biaisé envers Israël.

Les perspectives de réélection de Trump étant incertaines en novembre, les extrémistes israéliens ont exhorté Netanyahu à procéder rapidement à l’annexion. Le nouvel accord de coalition du leader israélien comprend une clause officielle lui permettant de présenter son plan d’annexion au gouvernement en juillet.

Netanyahu a déclaré aux membres du parti lors d’une réunion à huis clos que “nous avons une date cible pour juillet, et nous n’avons pas l’intention de la changer”, ont déclaré des responsables du Likoud.

Le plan a déjà révélé une fracture partisane à Washington. Joe Biden, le candidat démocrate présumé aux élections présidentielles américaines, a récemment déclaré que l’annexion «étoufferait» les espoirs d’une solution à deux États. Dix-huit sénateurs démocrates ont averti dans une lettre cette semaine que l’annexion pourrait nuire aux relations américano-israéliennes.

Le chef de la politique étrangère de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que l’annexion violerait le droit international et s’est engagé à utiliser “toutes nos capacités diplomatiques” pour y mettre fin.

Plus près de chez eux, les Palestiniens ont rompu la semaine dernière les liens de sécurité – un outil précieux dans une lutte commune contre les militants islamiques – avec Israël pour protester contre le plan d’annexion.

L’Arabie saoudite, un pays arabe influent qui entretient des relations en coulisses avec Israël, a annoncé son «rejet des mesures et plans israéliens d’annexion des terres palestiniennes».

La Ligue arabe l’a condamné comme un «crime de guerre» et la Jordanie et l’Égypte – les deux seuls pays arabes en paix avec Israël – l’ont sévèrement critiqué.

Netanyahu s’est exprimé un jour après le début de son procès pour corruption.

Le Premier ministre a lancé une tirade torride contre le système judiciaire du pays à son arrivée au tribunal, accusant la police, les procureurs et les médias de conspirer pour l’évincer. Pendant qu’il parlait, des centaines de partisans ont applaudi à l’extérieur.

S’adressant au Likoud lundi, Netanyahu a déclaré qu’il était “très ému” par le soutien.

Des critiques ont déclaré que ses attaques contre le système judiciaire risquaient de saper les fondements démocratiques du pays.

Aucun commentaire: