mercredi 6 mai 2020

Nétanyahou. À marche forcée vers l’annexion

Benyamin Nétanyahou a réussi à former une coalition gouvernementale dont l’objectif principal est l’annexion d’une grande partie de la Cisjordanie. Il dispose pour cela du soutien de Donald Trump et de la passivité complice de la « communauté internationale ». Seul obstacle : son affrontement avec la Cour suprême pourrait l’obliger à retourner devant les électeurs - pour la quatrième fois en quinze mois.
La vallée du Jourdain au nord de Jéricho, au coeur du projet 
d’annexion israélien  Abir Sultan/AFP


Nétanyahou l’avait promis à ses compatriotes durant sa dernière campagne électorale : il entend annexer au plus tôt une partie substantielle des territoires palestiniens de Cisjordanie. Vainqueur du scrutin, il est passé à l’action. L’accord pour former une grande coalition signé le 21 avril avec son principal concurrent, le général Benny Gantz, chef de la formation Bleu et Blanc, fait de cette annexion son objectif politique prioritaire. Il stipule que ce processus annexionniste pourra se mettre en place à partir du 1er juillet.

Nétanyahou apparaît une fois de plus comme l’homme fort indiscuté du gouvernement. C’est lui, et lui seul, qui fixe les priorités. Comme l’écrit cruellement un chroniqueur israélien, il a « embauché Gantz comme garde du corps pour les trois ans à venir ». Et il incarne plus que jamais les courants politiques profonds qui animent la société juive israélienne.


LA CAPITULATION DE BENNY GANTZ

Gantz, l’ex-chef d’état-major, dont la formation a éclaté

La suite sur orientxxi.info

Aucun commentaire: