vendredi 8 mai 2020

Guterres: Recrudescence de l’islamophobie depuis l’apparition du Covid-19

"La xénophobie s’est accrue sur Internet et dans les rues, les théories du complot ont foisonné et les musulmans ont été victimes d'attaques liées à la pandémie", a déclaré le secrétaire général de l’ONU

Mourad Belhaj

AA / Mohammed Tarek / New York

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a averti, vendredi, que les musulmans étaient de plus en plus victimes d’attaques en lien avec la pandémie de coronavirus (Covid-19), appelant à la nécessité de combattre la haine et de traiter toutes les personnes avec dignité.

C’est ce qui ressort d’un appel enregistré du Secrétaire général adressé au monde, afin de faire face aux discours de haine liés au coronavirus et de les combattre .
"Le virus (Covid-19) ne se soucie ni de qui nous sommes, ni de l'endroit où nous vivons, ni de ce que nous croyons ... Néanmoins, la pandémie a déclenché un flot de sentiments de haine et de xénophobie, qui ont semé la terreur", a déclaré Guterres dans son appel.

"La xénophobie s’est accrue sur Internet et dans les rues, les théories du complot ont foisonné et les musulmans ont été victimes d'attaques liées à la pandémie, les migrants et les réfugiés étant accusés d'être à l'origine du virus", a-t-il souligné.

Et le secrétaire général de l’ONU d’ajouter : "des idées exécrables ont été exprimées, suggérant que les personnes âgées, qui sont les plus touchées par la maladie, devraient également être les premières à être sacrifiées."

Au cours des deux derniers mois, de nombreux musulmans ont été victimes d'attaques et d’agressions de personnes les tenants pour responsables de la propagation du virus et de la transmission des infections dans les sociétés dans lesquelles ils vivent.

Le Secrétaire général des Nations Unies a appelé "tous les peuples du monde à s'opposer à la haine et à se traiter les uns les autres avec dignité et à saisir toutes les occasions de diffuser les valeurs de la compassion entre eux".

Guterres a appelé les médias, ainsi que les entreprises propriétaires des plateformes de médias sociaux, à faire davantage pour mettre en garde contre les éléments incitant au racisme ou à la xénophobie et autres éléments préjudiciables publiés sur ces plateformes et à les retirer, conformément aux dispositions du droit international des droits de l'homme.

Vendredi matin, le nombre de personnes infectées par le coronavirus dans le monde atteignait 3 917 627 personnes, dont 270 721 sont décédées, et plus de 1 344 000 se sont rétablies, selon le site "Worldometer".

Aucun commentaire: