mercredi 29 avril 2020

Un syndrome rare peut-être lié au coronavirus touche des enfants en France et en Europe

Les autorités sanitaires britanniques tentent d’établir s’il existe un lien entre la pandémie de coronavirus et une maladie grave touchant depuis peu certains enfants. Selon des médecins français, une vingtaine de cas similaires ont été recensés en région parisienne. Des cas remontent aussi d’Italie et d’Espagne.


Des enfants portant un masque contre le coronavirus, à Rome, le 23 avril
 2020 (photo d’illustration). | YARA NARDI / REUTERS




L’alerte émane d’outre-Manche, mais concerne aussi la France, l’Italie ou encore l’Espagne. Les autorités sanitaires britanniques tentent actuellement d’établir s’il existe un lien entre le coronavirus et un syndrome inflammatoire grave touchant depuis peu des enfants.

« C’est une nouvelle maladie qui, selon nous, peut être causée par le coronavirus », a déclaré, ce
mardi 28 avril, le ministre de la Santé de Grande-Bretagne Matt Hancock à la radio LBC. « Nous ne sommes pas sûrs à 100 % parce que certaines des personnes qui l’ont contractée n’ont pas été testées positives (au coronavirus). Nous faisons donc actuellement beaucoup de recherche. Mais c’est quelque chose qui nous préoccupe », a-t-il ajouté. Voici ce que l’on sait à ce stade.


Des symptômes qui ressemblent à ceux de la maladie de Kawasaki

Cette mystérieuse maladie apparue récemment est notamment caractérisée par des douleurs abdominales, des troubles gastro-intestinaux et une inflammation cardiaque. Elle ressemble ainsi à la maladie de Kawasaki, un syndrome vasculaire affectant les jeunes enfants et dont la cause reste indéterminée. « Il s’agit d’une maladie très rare, mais je pense qu’il est tout à fait plausible que cela soit dû à ce virus, du moins dans certains cas », avait déclaré, lundi, le chef des services sanitaires britanniques, Chris Whitty, lors de la conférence de presse quotidienne du gouvernement sur le coronavirus.


De son côté, la société britannique de soins intensifs pédiatriques (PICS) avait relayé lundi une alerte du service public de santé anglais, NHS England, concernant une petite augmentation du nombre de cas d’enfants gravement malades, certains atteints du Covid-19, d’autres non. Leurs syndromes se rapprochaient de ceux de la maladie de Kawasaki et du syndrome du choc toxique.



Des cas signalés en Grande-Bretagne, en France, en Italie et Espagne

En Grande-Bretagne, le journal The Guardian évoque plus d’une douzaine de cas. « C’est rare. Bien que ce soit très grave pour les enfants qui en souffrent, le nombre de cas est faible », a simplement indiqué le ministre Matt Hancock. Dans l’Hexagone, une vingtaine d’enfants « ont des syndromes de ce type » en Île-de-France, affirme La Dépêche du Midi. « Ce sont des enfants qui ont entre 2 et 10 ans, qui n’ont pas d’antécédent notable, et pas de maladie chronique », précise dans ce quotidien régional le docteur Isabelle Kone Paut, professeure de rhumatologie pédiatrique à l’hôpital Kremlin-Bicêtre à Paris.



« Depuis un mois, on reçoit régulièrement des appels de réanimateurs pour des enfants qui présentent un tableau de myocardite sévère et qui ont en plus des signes de la maladie de Kawasaki, certains d’entre eux ont été testés positifs au Covid-19 », poursuit cette spécialiste. « C’est une alerte que nous prenons très au sérieux en France, nous lançons un signal, il faut être vigilants », indique de son côté le professeur Alexandre Belot, rhumatologue et pédiatre à l’hôpital Femme, Mère Enfant à Lyon, toujours dans les colonnes de La Dépêche du Midi.

Dans le nord de l’Italie, l’une des régions les plus durement touchées par la pandémie en cours, des médecins ont aussi fait état d’un nombre anormalement élevé de cas sévères d’une pathologie ressemblant à la maladie de Kawasaki, chez des enfants de moins de neuf ans. Des cas ont également été recensés en Espagne, d’après une pédiatre de Cambridge citée par la BBC . « Certains enfants ont présenté des symptômes que nous nous attendons à voir dans le syndrome de choc toxique et la maladie de Kawasaki », a-t-elle rapporté.


Des médecins rassurants

« Il est normal que chaque spécialité médicale fasse remonter des informations dès qu’il se passe quelque chose à propos du Covid. Des milliers de publications sont faites en médecine sur ce thème. Mais à nos yeux il ne s’agit pas en l’état d’un phénomène inquiétant. Toutes nos données montrent qu’il y a vraiment très peu de cas graves du Covid chez les enfants », tempère le professeur Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d’infectiologie à l’hôpital Henri Mondor (AP-HP), interrogé dans le journal Le Parisien.


Le professeur Russell Viner, président du Royal College of Paediatrics and Child Health (RCPCH), a, lui, rappelé qu’il y avait une faible probabilité pour que des enfants atteints du coronavirus deviennent gravement malades. « Nous savons qu’un très petit nombre d’enfants peut devenir gravement malade du Covid-19, mais c’est très rare », a-t-il déclaré dans un communiqué, soulignant que « les enfants semblent faire partie de la population la moins touchée par cette infection ».

« Nous ne sommes pas au courant de quelque cas confirmé que ce soit d’enfants décédés du fait de ce syndrome », a, par ailleurs, signalé un porte-parole du ministère de la Santé britannique.

Aucun commentaire: