mercredi 29 avril 2020

Tandis qu’une série égyptienne prédit la destruction d’Israël, une production saoudienne appelle à la normalisation

El-Nehaya se déroule en 2120 et prédit une guerre qui détruit Israël, ainsi que la désintégration des États-Unis. Makhraj 7 s’en prend directement aux Palestiniens et à leur cause

La publicité pour El-Nehaya sur le réseau télé égyptien ON (capture d’écran)
Par MEE

Le ministère israélien des Affaires étrangères a dénoncé une série télé égyptienne qui prédit la destruction de l’État d’Israël et la désintégration des États-Unis.

L’action de la série de science-fiction El-Nehaya, qui signifie « la fin », se passe en 2120 dans un monde dystopique dominé par des clones cyborg.

Dans une scène du premier épisode, un enseignant parle à ses élèves de la « guerre visant à libérer Jérusalem », laquelle a conduit à la destruction d’Israël avant que l’État n’atteigne le centenaire de sa création.

El-Nehaya est diffusée pendant le mois du jeûne du Ramadan, une période au cours de laquelle les nouvelles séries sont diffusées à la télé.

Pourquoi Israël soutient discrètement le président égyptien Abdel Fattah al-SissiLire

Le ministère israélien des Affaires étrangères a estimé dans un communiqué que la série était « totalement inacceptable en particulier étant donné qu’un traité de paix est en vigueur entre les deux États depuis 41 ans ».

L’Égypte et Israël se sont affrontés lors de quatre guerres majeures avant de signer un traité de paix en 1979.

Cette série controversée est produite par Synergy, l’une des plus importantes sociétés de production égyptiennes, et diffusée sur les réseaux de télévision privés ON et Al-Hayat.

Elle a été réalisée par Yasser Samy et écrite par Amr Samir Atif. Dans le casting figurent de nombreux jeunes acteurs égyptiens prometteurs.

La série raconte l’histoire d’un ingénieur en informatique qui entreprend de sauver l’humanité d’un désastre énergétique qui touchera le monde en 2120.

Dans la série, les humains partagent l’avenir avec les robots, les drones et les clones cyborg.
« Une guerre pour libérer Jérusalem »

El-Nehaya a réussi à attirer de nombreux téléspectateurs depuis la diffusion de son premier épisode vendredi.

Dans une scène du premier épisode dénoncée par le gouvernement israélien, l’ingénieur raconte à sa classe d’élèves les changements dans l’équilibre du pouvoir à travers le monde au milieu du XXIe siècle.

Il montre une carte holographique des États-Unis d’Amérique divisés, expliquant à ses élèves que ce pays autrefois unifié a commencé à se désintégrer en entités au nord et au sud après des guerres prolongées.


« L’Amérique était le principal soutien de l’État sioniste », indique l’enseignant à ses élèves.

Le professeur explique alors comment les États arabes ont profité de l’occasion représentée par la désintégration des États-Unis pour se débarrasser de leur « farouche ennemi », Israël.

« La guerre a commencé, et on l’a appelée la guerre pour libérer Jérusalem […] elle s’est terminée rapidement avec la destruction de l’État sioniste israélien, avant que 100 ans ne se soient écoulés depuis sa création. La majorité des juifs israéliens se sont enfuis et sont retournés dans leur pays d’origine », poursuit le protagoniste de la série, sans expliquer pourquoi ces juifs avaient quitté l’Europe à l’origine.

Israël s’est emparé de la partie ouest de Jérusalem en 1948 et occupe l’est depuis la guerre de 1967.

L’auteur d’El-Nehaya, Amr Samir Atif, a déclaré à Associated Press que la destruction d’Israël était « un avenir possible en l’absence d’une vraie paix et d’une véritable stabilité dans la région… La paix doit reposer sur la justice. »


Les Palestiniens « ingrats »

Le réseau saoudien MBC, en revanche, diffuse en ce moment une série qui comprend des scènes appelant ouvertement à la normalisation des relations avec Israël et critiquant les Palestiniens et leur cause, selon un article publié par Arabi21.

Dans cette série intitulée Makhraj 7 (sortie 7), deux acteurs, Nasser al-Qasabi et Rashid al-Shamrani, ont une discussion dans laquelle la normalisation avec Israël est clairement promue.

Nasser al-Qasabi, protagoniste de la série saoudienne Makhraj 7 (AFP)

Dans une scène, Shamrani annonce avoir l’intention d’étendre son activité commerciale et de coopérer avec les Israéliens. Qasabi lui rétorque alors que « les Israéliens sont des ennemis ».

Commence ensuite un dialogue qui justifie notamment l’établissement de relations avec Israël et assure que « l’Arabie saoudite n’a rien gagné à soutenir les Palestiniens et doit désormais nouer des relations avec Israël ».


MBS officialise des décennies de rapprochement entre l’Arabie saoudite et IsraëlLire

« Le véritable ennemi est celui qui vous maudit, nie vos sacrifices et votre soutien, et vous maudit nuit et jour plus que les Israéliens », déclare Shamrani.

Cette scène a déclenché une vague de colère sur les réseaux sociaux, les activistes affirmant qu’il s’agit d’une tentative de monter la société saoudienne, et celle du Golfe en général, contre la cause palestinienne.

Pour les activistes, de telles scènes, dépeignant l’occupant israélien comme un pays de paix avec lequel il est possible de nouer des relations, ne devraient pas être diffusées.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Aucun commentaire: