jeudi 16 avril 2020

"L'armée a joué avec notre santé, notre vie" : un marin du porte-avions "Charles-de-Gaulle", contaminé au Covid-19, témoigne

Depuis son retour à Toulon, un tiers des marins du "Charles-de-Gaulle" a été testé positif au Covid-19, a annoncé le ministère des Armées mercredi 15 avril. L'un d'eux accuse l'Armée d'avoir sous-estimé le risque sur le porte-avions.

Les marins du Charles-de-Gaulle ont été débarqués à son retour à Toulon (Var)
 puis confiné, avant d'être testé au Covid-19. (AFP / MARINE NATIONALE)


Le porte-avions "Charles-de-Gaulle" est rentré prématurément de mission ce dimanche 12 avril, 11 jours avant la date prévue, après la confirmation d'une cinquantaine de cas de Covid-19 à bord. Le ministère des Armées a publié mercredi 15 avril un bilan provisoire des tests réalisés sur les militaires français depuis le retour à Toulon (Var) du "Charles-de-Gaulle" et de la Frégate "Chevalier-Paul" qui l'accompagnait. 668 marins français ont été testés positifs au Covid-19, la grande majorité sur le porte-avions.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la crise sanitaire dans notre direct

L'armée a-t-elle sous-estimé la situation sanitaire sur le porte-avions "Charles-de-Gaulle" ? C'est ce que laisse entendre un des marins du navire amiral de la Marine. Ce père de famille, lui même testé positif au Covid-19, est confiné depuis dimanche sur un site militaire varois.
Le commandant aurait proposé un arrêt de la mission mi-mars

Dans un témoignage recueilli par France Bleu Provence, l'homme raconte "avoir l'impression d'être un mouton, parqué dans une chambre". Il partage quelques mètres carrés avec un de ses collègues. "L'armée a joué avec notre santé, notre vie." Selon lui, le commandant du porte-avions aurait proposé d'interrompre la mission dès la mi-mars, quand le "Charles-de-Gaulle" était en escale à Brest (Finistère). À ce moment-là, dit-il, plusieurs marins présentaient déjà les symptômes du coronavirus et le "pacha" (le commandant) aurait souhaité confiner immédiatement l'équipage. Toujours selon ce marin, cette proposition aurait été refusée par le Ministère des Armées. Le ministère ne nous a pas confirmé l'information mais précise que la question sera traitée dans l'enquête de commandement ordonnée par le chef d'État-Major de la Marine.

La gestion de l'épidémie sur le "Charles-de-Gaulle" et sur le groupe aéronaval (l'ensemble des bâtiments qui escortent le porte-avions), il en sera aussi question vendredi 17 avril. Les députés de la Commission de la Défense nationale et des forces armées entendront Florence Parly, ministre des Armées. La navire, lui, va être décontaminé avant de pouvoir reprendre la mer.

Aucun commentaire: