lundi 6 avril 2020

Israël : les ultra-orthodoxes défient les mesures sanitaires

Le virus fait des ravages au sein de la communauté juive-orthodoxe. Elle représente la moitié des malades, des familles coupées du monde qui refusent d'obéir.



La descente est musclée. Dans le quartier ultra-orthodoxe de Méa Shéarim, à Jérusalem, les policiers préviennent : le premier qui s'interpose est embarqué. Le gouvernement israélien a décidé d'employer la manière forte pour faire appliquer les mesures de confinement dans cette communauté juive très conservatrice. Les policiers sont traités ici de nazis et ne sont pas les bienvenus. Ils reçoivent aussi des projectiles et peuvent être aspergés d'urine. "Si les gens ne restent pas chez eux, c'est à cause de la police. C'est une provocation. On ne les aime pas, et ils le savent", dit un homme.


Lieux de culte fermés
Tous les lieux de culte ont été fermés dans le pays. La prière de rue est autorisée, mais pas les attroupements. Mais beaucoup ne veulent pas obéir aux ordres. Ils n'obéissent qu'à leurs rabbins et sortent de leur synagogue. Les ultra-orthodoxes représentent la moitié des contaminés par le coronavirus dans le pays. Une communauté très fermée qui inquiète, mais certains chefs religieux continuent à faire face au gouvernement.

Aucun commentaire: