jeudi 23 avril 2020

Égypte : le défenseur des droits humains Ramy Shaath placé sur une « liste de terroristes »

En détention provisoire depuis juillet 2019, Ramy Shaath, dont l’épouse française est également interdite de territoire, est l’une des treize personnes ajoutées récemment à la « liste des terroristes » des autorités égyptiennes

Les conditions de détention de Ramy Shaath et son état de santé inquiètent ses
 proches, en particulier alors que l’épidémie de coronavirus a atteint les prisons 
égyptiennes (avec l’aimable autorisation de Céline Lebrun-Shaath)

Par Hassina Mechaï
C’est par la presse égyptienne en date du 18 avril que l’inscription de Ramy Shaath, défenseur des droits de l’homme égypto-palestinien, sur une liste le désignant comme ennemi de son pays a été faite. Et c’est par ce biais que sa famille, notamment son épouse française, et ses avocats l’ont apprise.

Dans un communiqué, la famille de Ramy Shaath a fait part de son « choc » face à cette décision des autorités égyptiennes.

Proches et conseils du militant s’interrogent sur la matérialité de l’« acte terroriste » qui justifie son inscription sur cette liste, rappelant que Ramy Shaath est détenu à la prison de Torah depuis plus de neuf mois sans inculpation ni procédure judiciaire équitable.

Insistant sur l’attachement de Ramy à ses deux patries, l’Égypte et la Palestine, ses soutiens affirment que celui-ci « n’a jamais été et ne deviendra jamais un terroriste ».



Céline Lebrun-Shaath : « Ramy Shaath a été arrêté car il était une des grandes voix publiques en Égypte »Lire


Par une telle décision, les autorités égyptiennes sont désormais en mesure de geler les biens et les avoirs des personnes visées, de leur confisquer leur passeport et de les empêcher de quitter le territoire.

Autre élément qui inquiète les proches du défenseur des droits de l’homme, le fait que cette décision semble avoir été prise dans le cadre d’une nouvelle affaire dans laquelle Ramy Shaath serait poursuivi. Or, ses avocats n’ont aucune information à ce sujet.

Ramy Shaath est le fils de Nabil Shaath, le conseiller principal du président palestinien Mahmoud Abbas. En Égypte où il réside, il est engagé contre l’occupation israélienne à travers le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS).

Il a été arrêté – « à tort », rappelle sa famille – dans le cadre de l’affaire dite de « l’espoir ».

Décrite par les autorités égyptiennes comme un « complot entre la direction en exil de la confrérie des Frères musulmans et l’opposition civile pour viser l’État et les institutions afin de les renverser à la date du 30 juin [2019] », celle-ci avait éclaté l’été dernier.

Elle avait donné lieu à une vague d’arrestations et, en conséquence, à des protestations d’ONG internationales qui y avaient vu l’occasion pour les autorités d’arrêter des dirigeants de l’opposition et des activistes sous couvert de mesures antiterroristes.

Depuis son arrestation, la détention provisoire de Ramy Shaath a été constamment renouvelée, sans que le procureur ne lui reproche de faits précis ni ne présente de preuves légales justifiant cette détention.

Le Comité des droits de l’homme des Nations unies a demandé sa libération ou que lui soit accordé le droit à un procès équitable.
Des conditions carcérales préoccupantes

Ses conditions de détention et son état de santé inquiètent ses proches. Cette inquiétude est amplifiée par l’épidémie de coronavirus qui le prive, depuis plus d’un mois, de toute visite familiale ou de celle de ses conseils juridiques.


« Cela fait déjà 290 jours que je n’ai pas vu et parlé à mon mari, et aggraver cette injustice par cette décision est inhumain et cruel »

- Céline Lebrun-Shaath

Selon le Comité international de la Croix-Rouge, les populations carcérales, déjà particulièrement exposées aux maladies infectieuses, le sont encore plus en Égypte en raison du manque de soins médicaux, des piètres conditions d’hygiène et de la surpopulation.

L’épouse du militant, Céline Lebrun-Shaath, expulsée vers la France en juillet 2019 dans la foulée de l’arrestation de son mari, confie ses craintes à Middle East Eye.

« Cette nouvelle décision interdit à Ramy de voyager pendant cinq ans. Si par miracle il était libéré sous condition, je serais toujours empêchée de retrouver mon mari », déplore-t-elle.

« Cela fait déjà 290 jours que je n’ai pas vu et parlé à mon mari, et aggraver cette injustice par cette décision est inhumain et cruel. »

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, dans une conférence de presse au Caire en septembre dernier, avait confirmé avoir évoqué les cas de Ramy et Céline Shaath directement avec le président Abdel Fattah al-Sissi.


Coronavirus et dissimulation : la guerre se livre sur deux fronts en Égypte
Amr KhalifaLire



Selon une source de MEE, les autorités françaises suivent avec attention ces derniers développements, même s’il n’y a pas encore eu de réactions officielles pour le moment.

L’une des figures emblématiques de la révolte de 2011 qui avait mis fin à la présidence de Hosni Moubarak, l’ancien député Zyad al-Elaimy, également accusé et arrêté dans le cadre de « l’affaire de l’espoir », figure lui aussi sur la liste des autorités égyptiennes.

Des centaines de personnes, dont de nombreux prisonniers politiques, ont été inscrites ces dernières années sur cette liste noire.

Aucun commentaire: