vendredi 17 avril 2020

Coronavirus en France: Deux Françaises interpellées en Israël pour une vaste escroquerie aux masques et gel hydroalcoolique

EPIDEMIE Visitée par Emmanuel Macron, la société Kolmi-Hopen Saint-Barthélemy-d'Anjou a alerté les autorités

La PME Kolmi-Hopen, près d'Angers, est l'un des quatre 
fabricants de masques FFP2 en France. — Loic VENANCE / AFP


La visite d'Emmanuel Macron le 31 mars a-t-elle fait connaître la société Kolmi Hopen au grand public ? Sans doute. Il semblerait même que la renommée soudaine de la société pharmaceutique installée à Saint-Barthélémy d'Anjou (Maine-et-Loire) ait attiré des personnes mal intentionnées. Suite à un signalement de l’entreprise, deux Françaises ont été interpellées en Israël. Elles sont soupçonnées d’avoir tenté d’escroquer des dirigeants d’entreprises en leur promettant des masques et du gel hydroalcoolique pour se protéger de l’épidémie de coronavirus.

La tentative d’arnaque a été arrêtée à temps par les enquêteurs. Menées par le SRPJ d’Angers, les investigations ont permis d’identifier deux femmes de nationalité française de 37 et 70 ans d’une même famille suspectées d’être à l’origine de cette escroquerie. Interpellées mardi à Netanya, en Israël, les femmes étaient en possession du téléphone servant à démarcher les entreprises françaises.


Les suspectes contactaient des dirigeants d’entreprises françaises pour leur proposer des masques et du gel hydroalcoolique à l’aide d’une adresse mail ressemblant à celle de Kolmi-Hopen. Puis se faisaient passer pour un agent commercial et contactaient les prospects pour leur proposer d’acheter une marchandise qu’elles n’avaient pas. C’est la société pharmaceutique angevine qui a alerté les autorités, après avoir reçu de multiples demandes de devis suite à un démarchage commercial qu’elle n’avait jamais effectué.


D’autres arnaques auprès des particuliers

Les investigations ont permis d’établir qu’une autre société basée en Haute-Garonne avait subi le même sort. Aucune des sociétés démarchées n’aurait cependant donné suite à cette tentative d’escroquerie. L’enquête pilotée par la Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes (JIRS) a démontré que cette même équipe démarchait des particuliers en se faisant passer pour la direction générale des finances publiques et exigeait le paiement d’arriérés d’impôts.

Une information judiciaire a été ouverte le 15 avril des chefs d’escroqueries et tentatives d’escroquerie en bande organisée, de blanchiment et d’association de malfaiteurs. Les auditions des personnes mises en cause par les services israéliens sont en cours, précise le procureur de la République Philippe Astruc.

Aucun commentaire: