vendredi 24 avril 2020

Charlotte Kates : « Les prisonniers palestiniens représentent la résistance en cours »

Fight Back! a interviewé Charlotte Kates, coordinatrice internationale du réseau de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun, sur la lutte pour la libération des prisonniers politiques palestiniens dans le contexte de la pandémie du COVID-19.

Samidoun est un réseau international présent dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique du Nord, en Palestine occupée et au Liban. Le Collectif Palestine Vaincra est membre de ce réseau depuis sa fondation.


Fight Back! : Quel impact la pandémie a-t-elle eu sur les prisonniers politiques palestiniens ?

Charlotte Kates : L’une des principales préoccupations a été le fait que les prisonniers palestiniens sont essentiellement coupés du monde extérieur.

Israël affirme que son interdiction des visites familiales et des visites légales est une tentative d’empêcher la propagation du COVID-19, mais ils font également tout leur possible pour éviter de proposer des options alternatives aux prisonniers, y compris aux plus de 180 enfants palestiniens prisonniers, tels que des appels téléphoniques.

Il existe des conditions strictes permettant aux détenus d’avoir un appel vidéo ou téléphonique avec un avocat et il n’y a aucune protection pour la confidentialité de ces appels.

Ces protocoles d’isolement ne sont pas non plus appliqués aux gardiens, geôliers et interrogateurs israéliens.

Les Palestiniens sont toujours arrêtés quotidiennement lors de raids nocturnes violents et même une fois emprisonnés, ils continuent de faire face à des unités répressives qui pillent leurs chambres.

Après des semaines de protestations, y compris en retournant les repas, les gardes israéliens comptent enfin les prisonniers à l’extérieur des cellules et portent des masques au moins à quelques reprises, mais ce n’est pas une protection suffisante pour les prisonniers.

Un prisonnier, Noureddine Sarsour, a été découvert comme ayant le COVID-19 après sa libération.

Le service pénitentiaire israélien ne fournit pas de tests ni même de protocoles de quarantaine appropriés. Les gens sont « mis en quarantaine » dans des cellules d’isolement sales.

Dans l’intervalle, les produits sanitaires et autres articles ont été retirés de la cantine ou du magasin de la prison, où les prisonniers palestiniens sont obligés d’acheter des articles de base.

Encore une fois après la manifestation organisée des prisonniers, certaines des salles principales sont nettoyées, mais toujours de manière insuffisante, et les prisonniers continuent de s’organiser et de protester.

Tout cela dans un contexte de nette négligence médicale israélienne qui a coûté la vie à au moins 67 prisonniers palestiniens, ainsi que le verrouillage des connaissances pour les familles des prisonniers.

Si le COVID-19 se propage dans la prison par des gardiens et des geôliers israéliens qui continuent d’interagir avec la société, les prisonniers seront les plus exposés à une transmission rapide.

Ils sont détenus à huit dans une pièce et nombre d’entre eux sont âgés ou souffrent d’autres problèmes de santé graves.

C’est pourquoi il est une fois de plus extrêmement important d’exiger la liberté de tous les prisonniers palestiniens, en particulier les personnes âgées, les enfants, les prisonniers malades, les femmes détenues et les personnes détenues sans inculpation ni jugement.

Fight Back! : Les Israéliens détiennent un certain nombre de prisonniers politiques de premier plan, comme Ahmad Sa’adat du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Que pouvez-vous dire de leur état ?

Kates : À bien des égards, ces prisonniers politiques de premier plan comme Ahmad Sa’adat partagent les tribulations de leurs 5000 compatriotes prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes.

Ils se voient également refuser des visites familiales, des communications légales et l’accès à des mesures de protection de base et à des soins de santé appropriés.

Il est important de noter que les mécanismes répressifs qui se justifient ici comme une tentative d’empêcher l’entrée du COVID-19 dans le système pénitentiaire sont également le type de mesures répressives qui ont été recommandées et développées par la structure politique raciste et coloniale israélienne.

La soi-disant « commission Erdan », dirigée par le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan, a recommandé de faire tout son possible pour aggraver la vie des prisonniers afin de faire reculer les droits fondamentaux qui n’ont été gagnés que par la lutte des prisonniers, comme les grèves de la faim.

Les visites des familles sont continuellement utilisées comme une arme contre les prisonniers, et l’administration pénitentiaire a traîné les pieds sans relâche pour installer les téléphones publics qu’elle a accepté d’installer afin de mettre fin à la grève de la faim de masse de 2019.

Gilad Erdan n’est, bien sûr, pas seulement un politicien de droite, mais il reflète l’ensemble du mécanisme sioniste de répression et de contrôle racistes.

Il convient toutefois de noter qu’il occupe simultanément un autre poste au sein du gouvernement de Netanyahu. Il est le ministre des Affaires stratégiques, le soi-disant « ministère anti-BDS » qui tente de salir, de criminaliser et de harceler les défenseurs des droits de l’homme et les organisations palestiniennes ainsi que les groupes de solidarité avec la Palestine dans le monde, en particulier ceux qui travaillent sur les prisonniers.

Lui et l’État israélien qu’il représente tentent d’imposer le label de « terrorisme » au soutien à la Palestine et à la libération palestinienne aux États-Unis et en Europe. Ceci est une autre tentative d’isoler les prisonniers, en particulier ceux comme Ahmad Sa’adat.

Fight Back! : Pourriez-vous commenter le cas de Georges Abdallah et la lutte pour le libérer ?

Kates : Les prisonniers palestiniens ne se trouvent pas seulement dans les prisons d’occupation israéliennes.

Tout comme les puissances impérialistes comme les États-Unis et la France sont pleinement complices de l’oppression et de la dépossession du peuple palestinien dans son ensemble, cela s’étend également à l’emprisonnement des Palestiniens et aux combattants pour la Palestine.

Aux États-Unis, nous voyons le cas des Holy Land Five, des travailleurs caritatifs palestiniens condamnés à 65 ans de prison pour leur travail.

En France, il y a le cas de Georges Abdallah, un combattant communiste libanais arabe pour la Palestine qui est détenu dans les prisons françaises depuis 35 ans.

Il est éligible à la libération depuis 1999 après avoir été reconnu coupable d’avoir participé à une action armée menée par des groupes de résistance libanais contre des responsables américains et israéliens.

Tout son procès a été marqué par de graves irrégularités et son avocat était en fait un espion des services de renseignement français.

Même le système judiciaire français a accepté de le libérer et l’expulser au Liban à plusieurs reprises, et les États-Unis ont joué un rôle clé en le gardant derrière les barreaux.

En tant que secrétaire d’État, les courriels publiés par Hillary Clinton l’ont montrée en train de contacter le gouvernement français pour faire pression sur lui afin de passer outre le système judiciaire et de maintenir Georges en prison.

Il y a un mouvement croissant en France et au Liban pour demander sa libération immédiate, mais il est également important de faire connaître son cas aux États-Unis, étant donné son rôle en le privant de sa liberté.

De plus, Georges est également un leader derrière les barreaux et participe activement au mouvement des prisonniers palestiniens.

Il s’est associé à des grèves de la faim collectives palestiniennes en retournant son plateau et a organisé des prisonniers basques et arabes pour faire de même, et des prisonniers palestiniens comme Ahmad Sa’adat ont exprimé leur engagement que la liberté de Georges est également essentielle pour eux.

Fight Back! : Pouvez-vous dire quelques mots sur l’importance de la lutte pour libérer les prisonniers palestiniens et comment nos lecteurs peuvent participer à ce combat ?

Kates : Les prisonniers palestiniens sont enfermés parce qu’Israël veut les isoler de leurs communautés, de leur peuple, des mouvements international et arabe et du monde.

Ce sont de vrais dirigeants du peuple palestinien et ils représentent la résistance palestinienne en cours ; c’est pourquoi ils sont confrontés à des attaques aussi graves de la part du colonialisme sioniste.

Ils ont été violemment arrachés à leur peuple parce qu’ils offrent une vision et un engagement pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain.

Et, bien sûr, la lutte pour la liberté des prisonniers est internationaliste. La lutte pour la libération des prisonniers palestiniens va de pair avec celle contre le système carcéral raciste américain, avec des combats pour la justice pour les prisonniers politiques d’Égypte, des Philippines, de Colombie, de Turquie, d’Inde et d’ailleurs.

Il existe des organisations incroyables en Palestine et au niveau international qui travaillent pour libérer les prisonniers.

Par exemple, Addameer fournit un soutien juridique aux prisonniers palestiniens et à leurs familles à l’intérieur de la Palestine occupée.

De nombreux groupes de la communauté palestinienne et de solidarité avec la Palestine travaillent ensemble sur des initiatives qui reconnaissent le lien entre les luttes contre le racisme aux États-Unis et en Palestine, y compris la résistance aux systèmes d’incarcération de masse ciblant les peuples et les communautés.

En tant que réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun, nous sommes un réseau international d’activistes et d’organisateurs travaillant à construire le mouvement pour libérer les prisonniers et libérer la Palestine de la mer au Jourdain en renforçant la solidarité internationaliste, en organisant des manifestations, des appels et d’autres actions, amplifier les voix du mouvement des prisonniers palestiniens et travailler à étendre les campagnes de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) pour isoler Israël au niveau international.

Nous invitons les gens à s’impliquer et à travailler avec nous; vous pouvez en savoir plus sur notre site web samidoun.net

Publié le 19 avril sur Fight Back News
Traduction : Collectif Palestine Vaincra

charleroi-pourlapalestine.be

Aucun commentaire: