mardi 21 avril 2020

Canada / Tuerie de la Nouvelle-Ecosse : le bilan record s’alourdit à 19 morts

Les enquêteurs de la gendarmerie de la province de l’est du Canada craignent un bilan encore plus lourd, au vu de la multiplication des scènes de crimes (16 actuellement).

Lassaad Ben Ahmed

AA / Montréal / Hatem Kattou

Le bilan de la pire tuerie dans l’histoire du Canada, perpétrée dans la nuit de samedi à dimanche dans la province de la Nouvelle-Ecosse (est), s’est encore alourdi, lundi soir, en s’établissant à 19 morts, dont l’auteur du massacre abattu par la gendarmerie.

C’est ce qui ressort d’une déclaration faite aux médias par Chris Leather, chef des opérations criminelles de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) en Nouvelle-Ecosse.


De précédents bilans faisaient état d’une dizaine de victimes, puis de 13, ensuite de 16 morts.


Ces bilans « progressifs » s’expliquent par le fait que l’auteur du massacre, un prothésiste dentaire âgé de 51 ans, a commis ses forfaits dans différents endroits qui s’étalent sur une distance de 50 kilomètres.


« Nous pensons avoir identifié toutes les scènes de crime (16), mais nous n’avons pas pu tout examiner, car, par exemple, il y a cinq incendies de structures. La plupart de ces structures sont des résidences », a indiqué Leather.


La découverte de nombreuses scènes de crimes constitue la principale hantise des autorités qui appréhendent un bilan plus lourd encore que celui annoncé.


« Nous pensons qu’il y a possiblement des victimes dans ces maisons brûlées. Cette partie de l’enquête continue », a-t-il encore lancé.


Rappelons que Gabriel Wortman (51 ans) a été éliminé au terme d’une cavale de plus de 12 heures, dans un endroit situé à 100 kilomètres environ du premier lieu où il a commis son forfait.


Le bilan actualisé de 19 morts est le pire déploré au Canada depuis la fusillade de l’Ecole Polytechnique de Montréal (1989) qui s’était soldée par 14 victimes, toutes des femmes.


La première intervention de la GRC a été effectuée, tard dans la soirée du samedi, à Portapique, une paisible zone rurale d’une centaine de résidents du comté de Clochester, située à une centaine de kilomètres au sud-est de la frontière entre les provinces de la Nouvelle-Ecosse et du Nouveau-Brunswick.


S’en est suivie une chasse à l’homme d’au moins douze heures, durant lesquelles Wortman s’est échappé à bord de plusieurs véhicules, dont une voiture de la gendarmerie.


La course-poursuite s’est soldée par l’élimination du dangereux fugitif à une station de service d’Enfield, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de Halifax, capitale de la province de la Nouvelle-Ecosse.

Aucun commentaire: