lundi 30 mars 2020

Le tribunal administratif de la Guadeloupe ordonne à l'ARS et au CHU de commander 200 000 tests de dépistage du coronavirus et des doses d'hydroxychloroquine

Le juge des référés a donné raison au syndicat Union générale des travailleurs de la Guadeloupe (UGTG) qui avait déposée une requête pour que soient commandés 200 000 tests de dépistage du Covid-19 ainsi que des doses nécessaires au traitement de l'épidémie de Covid-19 par l'hydroxychloroquine et l'azithromycine.



Policiers patrouillant le 20 mars 2020 sur la plage des Salines, au Gosier, fermée au public en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus. (CEDRICK ISHAM CALVADOS / AFP)


Dans une ordonnance datée du 28 mars, le tribunal administratif de la Guadeloupe ordonne à l'Agence régionale de santé de la Guadeloupe (ARS) et au centre hospitalier universitaire (CHU), "de passer commande de 200 000 tests de dépistage du Covid-19, correspondant à la moitié de la
population guadeloupéenne", et des "doses nécessaires au traitement de l'épidémie de Covid-19 par l'hydroxychloroquine et l'azithromycine, comme défini par l'IHU Méditerranée infection, pour 20 000 patients", indique la justice administrative, "au nom du principe de précaution, sauf à porter une atteinte grave et manifestement illégale au droit au respect de la vie".


Une situation d'urgence
C'est le syndicat Union générale des travailleurs de la Guadeloupe (UGTG) d'Elie Domota qui avait introduit une requête et un mémoire auprès du tribunal administratif les 25 et 27 mars derniers. Le juge des référés a donc donné raison en tout point au syndicat en rejetant les arguments de l'ARS, qui indiquait ne pas avoir compétence pour appliquer les mesures sollicitées par l'UGTG.


Pour le tribunal administratif "la condition d’urgence est remplie compte tenu de la dégradation constante de l’état sanitaire du pays, et en particulier de la Guadeloupe, dû à la propagation très rapide du virus Covid-19" et "la situation sanitaire exige que soient prises des mesures de test de la population beaucoup plus étendues ainsi que des mesures de diffusion et d’utilisation de traitements à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine".


Le tribunal pointe les "carences du système de santé local"
Pour motiver cette ordonnance, le tribunal administratif de la Guadeloupe évoque "le nombre de lits de réanimation particulièrement limités en Guadeloupe par rapport à sa population, l’insularité qui restreint considérablement les possibilités d’évacuations sanitaires de masse en cas de surcharge des établissements de soins locaux, le manque de fiabilité des données relatives au nombre de personnes contaminées, la pénurie avérée de matériels de protection des soignants et des personnels des forces de l’ordre, et celle de tests de dépistage".


Toutes ces données "caractérisent en elles-mêmes des carences du système de santé local constitutives d’atteintes graves et manifestement illégales au respect de la vie", indique le tribunal administratif. "Il est nécessaire d’anticiper les besoins de la population", insiste-t-il et il "ordonne au préfet de la Guadeloupe de pourvoir à l'exécution de" cette ordonnance.


Au moins 102 cas confirmés et 26 hospitalisations
La Guadeloupe comptait samedi 28 mars 102 cas confirmés de coronavirus. Parmi ces cas confirmés, 26 patients sont hospitalisés dont 9 patients en réanimation. Les cas confirmés de coronavirus sont majoritairement âgés entre 15 et 64 ans (65%). La part des 75 ans et plus représente 11% des cas. Sur les 102 cas confirmés, il y a 55 femmes et 47 hommes.

Aucun commentaire: