mardi 10 mars 2020

La France sur le podium des exportateurs d’armes

Une note publiée par l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm fait état d’une forte augmentation des exportations d’armes dans le monde. Les États-Unis restent de très loin les champions du marché, mais la France se hisse à la troisième place.

Romain Subtil, 


La France tire son épingle du jeu dans le commerce international des armes : c’est l’un des enseignements de l’étude publiée lundi 9 mars par le Sirpi (Institut international de recherche sur la paix de Stockholm).


En augmentant ses exportations de 72 % entre les cycles 2010-2014 et 2015-2019, la France s’est hissée de la cinquième à la troisième marche du podium des pays exportateurs d’armes, s’accaparant 7,9 % des ventes dans le monde, contre 4,8 % précédemment. L’ensemble du marché a progressé de 5,5 % en volume entre les deux cycles.


Les États-Unis et la Russie loin devant
Les deux premiers pays sont très loin devant. Il y a d’abord les États-Unis, qui ont augmenté leurs exportations de 23 % et s’approprient 36 % de parts du marché des exportations mondiales. L’Oncle Sam vend des armes à 96 pays. La moitié des armes vendues sont destinées au Moyen-Orient, et une moitié de cette moitié à la seule Arabie saoudite. Les avions militaires américains sont également demandés en Europe, en Australie, au Japon, à Taïwan.


Le deuxième exportateur est la Russie, dont les ventes ont chuté de 18 % entre les deux quinquennats de la décennie 2010. Elle garde tout de même 21 % de parts de marché, en entretenant de solides prés carrés de clients importateurs comme l’Arménie, en conflit avec l’Azerbaïdjan.


L’Égypte et le Qatar, nouveaux gros importateurs
Le bond en avant de la France s’explique par la vente d’avions Rafale à l’Égypte (troisième importateur d’armes au monde), au Qatar et en Inde, ces trois pays représentant un quart des exportations françaises. Le maritime n’est pas en reste et profite à Naval Group, qui vend des sous-marins au Brésil et en Inde, ainsi que des frégates (à l’Égypte, la Malaisie, aux Émirats arabes unis).


Des débouchés indispensables au maintien d’un secteur de l’armement compétitif pour la France, plaident régulièrement les industriels : selon eux, ces ventes sont impératives s’ils veulent continuer à développer des équipements coûteux dont les forces armées françaises sont les premières équipées.


Une augmentation de 130 % des importations en Arabie saoudite
Les importations d’armes des pays du Moyen-Orient, une zone sous tension récurrente, ont augmenté de 61 % entre 2010-2014 et 2015-2019. Sur ce dernier cycle, ils absorbent 35 % des importations. La seule Arabie saoudite, en augmentant ses achats de 130 %, est devenue le premier importateur d’armes au monde, dépassant l’Inde.


À lire aussi
Jean-Marie Guéhenno : « L’Europe avance au pas alors que le monde est au galop »


Jean-Marie Guéhenno : « L’Europe avance au pas alors que le monde est au galop »
Et cela malgré les alarmes de nombreuses organisations non gouvernementales dès le déclenchement de la guerre avec le Yémen. Des procédures juridiques sont en cours au Royaume-Uni et en France, deux des « petits » fournisseurs de l’Arabie saoudite (respectivement 13 et 5 % des importations de Riyad), loin derrière les Américains. « La France viole l’article 6 du traité sur le commerce international des armes qu’elle a pourtant ratifié en 2014 », explique Benoît Muracciole, président d’Aser (Action Sécurité Éthique Républicaines), une des ONG. En France, une décision du Conseil d’État sur les licences vendues par la France à l’Arabie saoudite est attendue.


La Chine et la Corée du Sud montent en puissance
Le marché devrait rester à un niveau élevé au cours des cinq prochaines années, selon le Sirpi, et continuer à voir la montée en puissance de la Chine, désormais cinquième exportateur d’armes.


La Corée du Sud a augmenté ses exportations de 143 % entre 2010-2014 et 2015-2019 et est entrée dans le Top 10 des principaux exportateurs. Dans la même période, celles d’Israël ont bondi de 77 %.

Aucun commentaire: