samedi 22 février 2020

Idleb : Des députés américains exhortent Pompeo à faire pression sur Assad et la Russie

-Les représentants Michael McCaul et Eliot Engel appellent à la poursuite de l'action diplomatique pour tenir le régime syrien et ses partisans responsables


AA / Washington

Deux députés américains ont exprimé leur inquiétude, jeudi, face au carnage en cours dans la province syrienne d'Idleb et ont exhorté le secrétaire d'État, Mike Pompeo, à prendre des mesures diplomatiques contre le régime syrien et contre la Russie.



Dans une lettre bipartite adressée à Pompeo, le représentant républicain Michael McCaul du Texas et le représentant démocrate Eliot Engel de New York ont ​​exhorté le secrétaire d’Etat américain à imposer des sanctions économiques aux responsables de l'offensive d'Idleb.

La province a été le théâtre d'une offensive des forces du régime de Bachar al-Assad, soutenu par la Russie, qui a déplacé près de 900 mille civils depuis décembre.

McCaul et Engel ont également appelé à la poursuite de l'action diplomatique, pour tenir Assad et la Russie responsables de leurs actions à Idleb.

"Nous vous exhortons à renforcer l'action diplomatique pour garantir que la Russie et Assad ne puissent pas saper davantage la réponse internationale à la crise humanitaire qu'ils ont créée", ont déclaré les députés.

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les Affaires humanitaires et Coordinateur des secours d'urgence, Mark Lowcock, a déclaré, mercredi, que le conflit dans le nord-ouest de la Syrie oblige les gens à fuir "dans des conditions horribles".

Beaucoup sont à pied ou à l'arrière de camions dans des températures inférieures à zéro, a déclaré Lowcock lors d'un briefing au Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation humanitaire dans la région.

"Ils se déplacent dans des zones de plus en plus encombrées qu'ils pensent être plus sûres. Mais à Idleb, nulle part n'est sûre", a-t-il souligné.

Il a déclaré que près de 50 mille personnes se sont abritées sous les arbres ou dans d'autres espaces ouverts.

Et d'ajouter : "Je reçois des rapports quotidiens de bébés et d'autres jeunes enfants qui meurent dans le froid. Imaginez le chagrin d'un parent qui a échappé à une zone de guerre avec son enfant, seulement pour le voir mourir de froid."

En septembre 2018, la Turquie et la Russie sont convenues de faire d'Idleb une zone de désescalade dans laquelle les actes d'agression sont expressément interdits.

Depuis lors, cependant, plus de 1800 civils ont été tués dans les attaques du régime et des forces russes, bafouant le cessez-le-feu de 2018 et un nouveau qui a commencé le 12 janvier.

Les avancées du régime syrien ont fait fuir des centaines de milliers de civils vers la frontière avec la Turquie, qui accueille déjà plus de 3,7 millions de réfugiés.

 aa.com.tr 

Aucun commentaire: