lundi 12 août 2019

Une femme britannique "a fait pression sur la police chypriote pour qu'elle retire ses allégations de viol"

«Des pressions supplémentaires ont été exercées sur elle pour qu'elle rédige ses aveux alors qu'elle avait déclaré ne pas vouloir le faire. La confession présumée lui a été dictée et on lui a dit quoi inclure dans la déclaration, et on lui a donné un choix de raisons à inclure pour expliquer pourquoi elle avait déposé une plainte pénale pour viol. "

TLa famille a déclaré qu'elle avait demandé un avocat mais qu'elle n'avait pas le droit de le consulter. Ils ont également déclaré que la police n'avait pas enregistré leur entretien avec la femme.

La police chypriote a nié avoir forcé la femme à faire des aveux.

"Ce n'est pas vrai. La déclaration a été prise légalement. De toute évidence, ils présenteront leur position devant un tribunal et auront le droit de le faire », a déclaré Michael Michael, un responsable de la police chypriote.

Douze jeunes Israéliens, âgés de 15 à 18 ans, ont été arrêtés après que la femme eut revendiqué le viol à la mi-juillet. Tous ont été relâchés et sont rentrés chez eux en Israël.

Nir Yaslovitzh, avocate de plusieurs adolescentes, a déclaré: «Une fois encore, l'accusatrice n'a aucune objection à ce que ses histoires changent comme un caméléon change de couleur."

Aucun commentaire: