mercredi 14 août 2019

Palestine occupée. Passez la nuit dans une colonie !

Accueillir des touristes de passage, une pratique de plus en plus répandue chez les colons israéliens. Mais derrière l’hospitalité se cache un enjeu politique : améliorer l’image des colonies et de l’occupation.

Har Brakha, colonie proche de Naplouse, à vocation « touristique » 
grâce au couchsurfing עדירל/Wikipedia Commons


Montagne paisible, encore un peu sauvage, couverte de verdure et de fleurs gorgées de soleil, le mont Gerizim a tout du point de chute rêvé pour « couchsurfer »1, Ophir en est convaincu. « Regardez-moi un peu cette vue ! » Un « véritable cadeau » avec lequel il est fier de pouvoir surprendre les invités éphémères qui se succèdent depuis près d’un an dans son salon de Har Brakha.


Niveau ambiance, son profil sur le site d’hébergement gratuit couchsurfing.com semble annoncer la couleur : Pink Floyd, spiritualité et nature. Mais ce qu’Ophir n’indique pas, c’est que Har Brakha (en hébreu « mont de la Bénédiction ») est une colonie israélienne implantée en terre palestinienne, au nord de la Cisjordanie. Un territoire illégal aux yeux du droit international.


Pas question d’y voir pour autant une tentative de dissimulation, car comme tous les colons de sa génération, Ophir a fait le choix de vivre ici, fruit d’un « rêve d’enfant » et de la poursuite de « cette terre de Samarie, promise aux juifs dans la Bible ». Pourquoi préciser quelque chose qu’on juge si naturel ? Au contraire, c’est un projet bien particulier qui l’a poussé à s’inscrire comme hébergeur sur Couchsurfing : « J’ai un message à transmettre au monde : montrer qu’ici, tout va bien, nous vivons en paix. »


VACANCES DE RÊVE AU PIED DES VIGNES

La suite sur orientxxi.info

Aucun commentaire: