vendredi 29 mars 2019

«J’ai donné des ordres pour qu’on se prépare pour une campagne d’envergure [à Gaza].»

Le Premier ministre israélien a prévenu jeudi que son pays était prêt à mener une opération militaire «d’envergure» dans la bande de Gaza, alors que les Palestiniens se préparent à manifester en nombre samedi le long de la frontière. Il a cependant ajouté que si Israël était «poussé» à cette extrémité, il engagerait cette opération «en position de force et de sécurité, après avoir épuisé toutes les autres possibilités». L’enclave, coincée entre Israël, Egypte et Méditerranée, et les localités israéliennes alentour ont connu cette semaine un énième accès de fièvre, réveillant le spectre d’une nouvelle guerre, qui serait la quatrième depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir. Un rendez-vous à haut risque est fixé samedi : les Gazaouis sont appelés à manifester massivement le long de la frontière pour marquer le premier anniversaire de «la Marche du retour». Depuis le 30 mars 2018, des milliers de personnes prennent part toutes les semaines à des rassemblements, en général accompagnés de violences, près de la barrière étroitement gardée par Tsahal. Ils manifestent contre le blocus israélien et pour le retour des réfugiés palestiniens chassés ou ayant fui leurs terres à la création d’Israël en 1948. Même si, comme le Hamas, il passe pour réticent à une confrontation militaire ouverte, Nétanyahou a prévenu qu’il n’hésiterait pas, si nécessaire, à mener une opération terrestre à Gaza, malgré les risques.

Aucun commentaire: