mercredi 9 août 2017

Une ex vice- ministre et d’autres cadres d’Yisrael Beytenu inculpés dans une affaire de corruption

Faina Kirshenbaum est accusée de plusieurs infractions financières, dont de corruption, d’abus de confiance, de fraude et le blanchiment d’argent

La ministre adjointe de l'Intérieur, Faina Kirshenbaum, lors d'une
 réunion de la Commission des Finances de la Knesset,
 le 19 mai 2014 (Crédit : Hadas Parush / Flash 90)


Le ministère public a déposé des actes d’accusation mardi contre une ancienne vice-ministre et neuf autres responsables liés au parti politique Yisrael Beytenu, pour des infractions financières, qui comprennent la corruption, la fraude et le blanchiment d’argent.

Les actes d’accusation surviennent après une enquête de deux ans qui s’est concentrée sur le parti Yisrael Beytenu, qui est connue sous le nom de l’affaire 242. Cette affaire de corruption publique serait l’un des cas de corruption les plus importants dans l’histoire d’Israël.


Faina Kirshenbaum, qui a quitté le poste de vice-ministre au ministère de l’Intérieur au début de l’année 2015, après la publication de l’information selon laquelle des soupçons de corruption pesaient contre elle, a été accusée de corruption, d’abus de confiance, de fraude, de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale, a annoncé un communiqué du ministère de la Justice.

Selon l’acte d’accusation présenté au tribunal de première instance de Tel Aviv, Kirshenbaum « a agi délibérément et intentionnellement, parfois avec une grande sophistication, pour mener à bien une série de crimes ».

Le parquet a déclaré qu’elle a fait usage de son poste de ministre adjoint afin de détourner des fonds, estimés à des millions de dollars.

« Dans de nombreux cas, elle a utilisé sa position publique, l’influence que cela suppose et, en particulier, le contrôle qu’elle exerce sur les crédits budgétaires afin de bénéficier d’avantages inappropriés pour elle-même, ses proches parents, pour le parti Yisrael Beytenu et ses proches », a déclaré l’acte d’accusation.

Yisrael Beytenu Avigdor Lieberman lors d’une conférence de presse
 avec Faina Kirschenbaum, le 20 juillet 2011 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Auparavant, directrice générale du parti, Kirshenbaum, a été élue à la Knesset en 2009 et a été ministre adjointe entre 2013 et 2015.

Dix personnes au total, parmi elles, des hauts responsables politiques et officiels du parti, ont été accusées d’une série de délits financiers dans ce que le ministère de la Justice a qualifié de la « première tournée » d’actes d’accusation. Un certain nombre d’autres responsables devraient faire face à des mises en accusation dans les prochaines semaines, dont l’ancien ministre d’Yisrael Beytenu, Stas Misezhnikov.

A part Kirshenbaum, le responsable, le plus haut placé d’Yisrael Beytenu, qui a fait l’objet d’un acte d’accusation mardi, était l’ancien chef du siège du parti, David Godovsky, qui est accusé de corruption, de blanchiment d’argent, de conspiration pour commettre un crime, d’extorsion et d’infractions fiscales.

Chef du siège d’Yisrael Beytenu, David Godovsky au Tribunal 
de première instance de Tel Aviv, le 12 janvier 2015 (Crédit : Flash90)

Le ministère public a expliqué comment, sous l’impulsion de Kirshenbaum et Godovsky, de grosses sommes d’argent ont été affectées de manière inappropriée aux organisations non gouvernementales et à d’autres groupes. En contrepartie, ces groupes auraient désigné à des postes importants des proches et ont également fait certaines faveurs aux fonctionnaires de la fonction publique sous forme de remboursements et de bénéfices en espèces.

De plus, Rami Cohen, l’ancien directeur du ministère de l’Agriculture, a été accusé de corruption, de fraude, de faux et usage de faux, de falsification de documents d’entreprise et d’entrave à la justice, et son épouse, Batya Cohen, a été accusée d’infractions similaires.

D’autres actes d’accusation ont été remis au directeur du conseil régional de Binyamin, Effy Peles, au président de l’ONG Ayalim pour le développement communautaire, Matan Dahan, et son adjoint Danny Glicksberg, au directeur de l’ONG Esra, Daniel Alinson, à la directrice de l’Association Nationale des Entrepreneurs Irena Waldberg, et au lobbyiste Steven Levy.

« C’est l’une des plus grandes enquêtes pour corruption publique qui aient été découvertes en Israël, du point de vue de la complexité et du caractère sophistiqué de la méthode, de l’ampleur des activités et du nombre de personnes impliquées », a indiqué la déclaration du ministère de la Justice.

Pas étranger au scandale, le leader du parti Yisrael Beytenu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, a été impliqué dans des enquêtes pour corruption pendant une bonne partie des 17 dernières années.

L’acte d’accusation le plus récent émis contre Liberman a été déposé en décembre 2012, six semaines seulement avant les élections de janvier 2013, ce qui l’a obligé à démissionner du poste de ministre des Affaires étrangères. Mais un an plus tard, en novembre 2013, Liberman a été acquitté et a réintégré l’équipe ministérielle en tant que chef de la diplomatie d’Israël.

Avigdor Liberman lors de la réunion du parti Yisrael Beytenu
 à la Knesset, le 4 mai 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Les premières arrestations dans l’affaire 242 ont eu lieu quelques mois avant les élections de 2015 qui ont vu le parti Yisrael Beytenu perdre six sièges, des 31 sièges qu’ils avaient obtenus grâce à une alliance avec le Likud. Liberman avait dénoncé une chasse aux sorcières politiques. Il n’est personnellement pas soupçonné d’avoir commis un crime dans cette affaire.

En octobre 2015, la police avait déclaré qu’ils recommanderaient l’inculpation de quelque 36 fonctionnaires actuels et anciens dans le cadre de l’enquête dans cette affaire, dont Misezhnikov, qui a été ministre du Tourisme entre 2009 à 2013.

En septembre, le procureur général Avichai Mandelblit et le procureur d’Etat Shai Nitzan ont déclaré qu’ils envisageaient d’inculper Misezhnikov pour corruption, fraude et abus de confiance, ainsi que pour entrave à la justice et possession d’une substance règlementée.

L’ancien ministre du Tourisme Stas Misezhnikov au tribunal,
 le mercredi 24 décembre 2014, (Crédit : FLASH90)

Misezhnikov est soupçonné d’avoir donné 1 million de shekel à un festival d’étudiants dans la ville portuaire d’Eilat et d’avoir ensuite demandé aux organisateurs d’employer son partenaire en retour. Les organisateurs se sont conformés à ses demandes, l’ont payé des dizaines de milliers de shekels. Il est également accusé d’avoir demandé à ses assistants d’aller acheter de la cocaïne, qu’il a utilisé lors d’événements officiels en Israël et à l’étranger.

Misezhnikov, ainsi que d’autres suspects liés à Yisrael Beytenu, devrait bientôt être mis en accusation.

Aucun commentaire: