mercredi 9 août 2017

Malgré le gel de la coopération sécuritaire, l’AP arrête toujours des terroristes

Les forces de l’AP ont arrêté des proches d’un terroriste et des membres du Hamas et du Jihad islamique

Forces de sécurité palestiniennes en patrouille dans la 
ville de Naplouse, en Cisjordanie, après des affrontements, 
le 19 août 2016. Illustration. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)


Même si l’Autorité palestinienne (AP) a fermement souligné que la coopération sécuritaire avec Israël était toujours gelée, les forces de l’AP ont arrêté cette semaine deux membres de la famille d’un terroriste qui a été tué alors qu’il tentait de poignarder des soldats israéliens.

L’oncle et le cousin d’Abdullah Takaatka ont été arrêtés près de Bethléem, après son attaque du 28 juillet dans le Gush Etzion, ont indiqué des sources palestiniennes.

Les forces de sécurité de l’AP ont aussi récemment arrêté plusieurs membres du Hamas et du Jihad islamique, selon des informations diffusées sur les réseaux sociaux palestiniens.

Ces activités ont eu lieu alors que la position officielle de l’AP est que la coopération sécuritaire avec Israël reste suspendue suite aux tensions du mois dernier sur le mont du Temple.

Le président de l’AP, Mahmoud Abbas, avait annoncé le gel de tous les contacts avec Israël le 21 juillet.

Le conseiller d’Abbas, Mahmoud al-Habash, a déclaré dans un entretien accordé jeudi matin à l’agence palestinienne Maan que l’AP avait un certain nombre de conditions auxquelles Israël devait se conformer pour la reprise de la coordination sécuritaire.

Parmi ces demandes, a précisé al-Habash, la nécessité qu’Israël cesse toutes ses activités dans la zone A de Cisjordanie, contrôlée par l’AP, que la libre-circulation des civils palestiniens soit garantie sans restrictions et que la souveraineté de l’AP aux points de passage frontaliers soit respectée. Dans le cadre de cette dernière demande, l’AP demande que ses forces soient présentes au passage frontalier d’Allenby entre la Cisjordanie et la Jordanie, comme, a-t-il ajouté, cela avait été spécifié dans les accords passés avec Israël.

Abbas avait suspendu la coordination pour protester contre l’installation de détecteurs de métaux aux entrées du mont du Temple, qui avaient été placés après que trois hommes armés, des arabes israéliens, ont tué deux policiers aux abords du complexe, le 14 juillet, a l’aide d’armes introduites clandestinement sur le site par leurs soins.

Les nouvelles mesures de sécurité avaient suscité des mouvements de protestation massifs chez les fidèles musulmans, qui avaient boycotté le site pendant 12 jours, jusqu’au retrait des mesures par Israël, le 25 juillet.
S’exprimant auprès du Times of Israel le 29 juillet, un haut-responsable palestinien avait salué la décision prise par le gouvernement de renoncer aux mesures de sécurité et avait indiqué que la coordination reprendrait peu à peu, tant que l’accès des musulmans au mont du Temple resterait sans restrictions.

Le même jour, le Times of Israel avait appris que l’AP avait continué à procéder à des arrestations de membres du Hamas en Cisjordanie.

Un responsable du Fatah avait confirmé que les arrestations de membres du Hamas continuaient mais avait déclaré qu’hormis sur les « affaires essentielles », la coordination sécuritaire avec Israël n’avait pas encore repris.

Le chef de la sécurité préventive de l’AP en Cisjordanie, Ziyad Hab al-Rih, avait également confirmé ces arrestations, affirmant que les opérateurs du Hamas programmaient des attentats pour faire escalader les tensions entre Israël et les Palestiniens.

Rih avait indiqué qu’un certain nombre de militants du Hamas avaient été arrêtés cette semaine-là à Qalqilya, Tulkarem, Ramallah et à l’université polytechnique de Hébron.

La coopération sécuritaire entre Israël et l’AP, en place depuis des années malgré des liens diplomatiques presque gelés, est considérée comme essentielle pour Israël comme pour la faction du Fatah d’Abbas pour enrayer les violences en Cisjordanie, en particulier de la part du groupe terroriste du Hamas.

Aucun commentaire: