dimanche 6 août 2017

Abbas promet de maintenir la pression financière sur le Hamas

Le président palestinien Mahmoud Abbas le 
18 juillet 2017 à Pékin Mark Schiefelbein (POOL/AFP/Archives)


L'AP cherche à faire céder le Hamas dans le but de reprendre le contrôle sur la bande de Gaza

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a promis samedi de continuer à réduire les paiements vers la bande de Gaza, contrôlée par Hamas, en dépit des critiques de l'administration
"Alors qu'il y a une grave crise de l'électricité à Gaza, le Hamas met de la lumière dans ses tunnels souterrains et dans les maisons de ses responsables, 24 heures sur 24", a déclaré Abbas à un groupe de visiteurs éminents de Jérusalem-Est, venus à son quartier général de Ramallah.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a cherché à faire pression sur ses rivaux du Hamas ces derniers mois en bloquant les paiements pour la fourniture d'électricité à Gaza, conduisant Israël, principal fournisseur d'électricité de l'enclave palestinienne, à réduire ses livraisons.

Le gouvernement d'Abbas en Cisjordanie a commencé plus tôt cette année à réduire les paiements pour la fourniture d'électricité à Gaza, et pour d'autres secteurs, afin d'obliger le Hamas à céder. De telles coupures ont favorisé les pannes d'électricité dans le terroriste palestinien.


Une rue de Gaza City le 15 juin 2016 équipée de 
panneaux solaires qui font office de lampadaires  AFP

Ces réductions ont conduit à une situation dans laquelle Gaza, souffrant d'une pauvreté chronique, n'était plus alimentée que deux heures par jour en électricité.

Le groupe terroriste islamique a pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007, après avoir un conflit sanglant avec les forces du Fatah, le parti d'Abbas, qui a fait plus de 100 morts. Les différentes tentatives de réconciliation entre les deux organisations ont échoué jusqu'à présent.

Abbas a déclaré à l'assemblée que l'Autorité Palestinienne "continuera (à soutenir) les coupures (d'électricité) à Gaza, progressivement, tant que le Hamas n'acceptera pas les exigences de la réconciliation".

Il a ajouté que les responsables américains lui avaient fortement conseillé de ne pas soutenir les coupures d'électricité, et estimé que ceux qui s'opposent aux pressions sur le Hamas "ne veulent pas voir un Etat indépendant", soulignant ainsi sa position selon laquelle le conflit entre le Hamas et le Fatah empêche l'établissement d'un Etat palestinien.
Nouvelle tentative de conciliation

Mardi, Abbas a tenu une réunion à Ramallah avec une délégation du Hamas sur une éventuelle réconciliation.

Durant la rencontre, les deux factions rivales ont évoqué la possibilité d'un accord qui verrait l'Autorité palestinienne rétablir l'approvisionnement en électricité à Gaza, et qui permettrait aux banques gazaouies d’échanger à nouveau des devises, en échange du renoncement du Hamas à un accord conclu avec Mohammed Dahlan, grand rival d'Abbas, et le démantèlement de ses structures gouvernementales, qui, selon l'AP, contrevient aux accords antérieurs signés entre les deux parties.

La semaine dernière, Dahlan, ancien homme fort du Fatah, et souvent pressenti pour succéder à Abbas, a négocié un accord pour acheminer des camions en provenance d'Égypte afin de maintenir la seule centrale électrique de Gaza en marche.

Selon plusieurs sources, l'Autorité palestinienne chercherait à reprendre le contrôle de Gaza, en échange du retrait des sanctions qui pèsent sur le Hamas.

Abbas aurait ainsi déclaré être fatigué d'être le "distributeur" du Hamas, et que si l'organisation islamiste voulait de l'argent, il devait céder le contrôle de la bande de Gaza à l'Autorité palestinienne, selon le journal arabe Rai al-Youm, basé à Londres.

En plus des coupures de courant à Gaza pendant la majeure partie de la journée, ces derniers mois ont connu une grave pénurie de médicaments et de matériel médical dans l'enclave, a déclaré un responsable de défense des droits en juin, décrivant une aggravation de la situation humanitaire.

Aucun commentaire: