lundi 31 juillet 2017

Une journée ordinaire sans eau et sans électricité à Gaza


Des Palestiniennes marchent dans les rues sombres de Gaza
 pendant une coupure d’électricité (photo Mohammed Salem)


C'est difficile pour moi, citoyen palestinien de Gaza, de décrire en deux ou trois pages la situation actuelle dans notre région abandonnée. Une situation catastrophique à tous les niveaux qui s'est aggravée récemment, notamment avec la crise de l'électricité et ses conséquences dans tous les
secteurs vitaux dans cette région sous blocus israélien depuis plus de dix ans. Mais je vais essayer le plus succinctement possible de narrer une partie de mon vécu pendant des jours et des jours où Gaza était dans le noir total.
Actuellement, nous avons le droit à trois ou quatre heures d'électricité par jour, c'est insuffisant, mais on n'a pas le choix, on s'adapte avec cette situation même insupportable.

Je ne vous cache pas que je me demande toujours, ainsi que tous les Palestiniens de Gaza : sommes-nous un peuple anormal pour supporter cette situation inacceptable et cette souffrance qui dure et qui dure, et je me pose souvent les même questions : pourquoi nous à Gaza ? Pourquoi le monde officiel ne bouge-t-il pas ? Et jusqu'à quand durera notre souffrance ?

Nous avons vécu des journées terribles dans la moitié du mois de juillet 2017, avec seulement une ou deux heures d'électricité par jour, et quelques fois, deux ou trois jours sans électricité et sans eau.

La suite sur ism-france.org

Aucun commentaire: