vendredi 28 juillet 2017

Les Palestiniens ré-investissent Al-Aqsa: Une victoire symbolique sur Israël…


La mobilisation palestinienne a forcé Israël à revenir sur ses décisions « sécuritaires » promue depuis quelques jours en vue de limiter l’entrée des Palestiniens à la Mosquée Al-Aqsa. Dans la nuit de mercredi à jeudi 27 juillet, toutes les mesures de sécurité prises récemment et qui étaient restées en vigueur sur ce lieu saint ont été annulées. Ce qui a permis aux Palestiniens d’envahir l’espalane des Mosquée pour la prière d’Al Asr, à partir de la porte Hatta. La pression palestinienne qui a pris l’ampleur d’une Intifada, avec son lot de morts et de blessés, conjuguée à une forte pression diplomatique arabe et international, ont poussé le gouvernement israélien dans ses derniers retranchements en acceptant, dès mardi, de retirer les détecteurs de métaux controversés, qui avaient provoqué des violences meurtrières. Réagissant à cette mesure, l’organisme chargé des biens musulmans à Al-Qods a annoncé, jeudi matin, que les Palestiniens retourneront prier dans la mosquée Al-Aqsa. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a soutenu jeudi les appels des autorités musulmanes à réinvestir l’esplanade.
Les autorités musulmanes maintenaient depuis une dizaine de jours l’appel à boycotter l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, protestant contre les nouvelles mesures de sécurité israéliennes aux entrées de ce site. Mesures qui visent à faire main basse sur cette partie d’Al-Qods.

L’installation de ces détecteurs de métaux aux entrées de l’esplanade des Mosquées le 16 juillet par Israël, sous prétexte d’une attaque qui avait coûté la vie à deux policiers israéliens près du site religieux, avait engendré tensions et violences.
Israël avait justifié ce dispositif par le fait que les assaillants avaient dissimulé des armes sur ce site et en étaient sortis pour mener leur attentat. Mais les musulmans palestiniens y avaient vu une tentative d’Israël d’affermir son contrôle sur ce site, dont il contrôle les entrées mais qui est géré par la Jordanie.
Cinq Palestiniens ont trouvé la mort la semaine dernière au cours des affrontements qui ont éclaté après l’installation des détecteurs. Trois Israéliens ont également été tués pendant la même période par un Palestinien dans une colonie israélienne en Cisjordanie occupée.
Après d’intenses pressions de la communauté internationale qui craignait une escalade, Israël a finalement accepté de retirer les détecteurs mardi, ainsi que les caméras de surveillance.
Mais le gouvernement a indiqué qu’il les remplacerait par un autre système de repérage, « basé sur des technologies avancées », au grand dam des autorités musulmanes, qui ont maintenu la consigne de boycott du site. Selon le quotidien israélien Haaretz, le gouvernement veut mettre en place un réseau de caméras de surveillance sophistiquées, reposant sur une technologie de reconnaissance biométrique.
Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a exigé mardi un retour pur et simple à la situation d’avant le 14 juillet pour lever le gel de la coopération avec Israël. Au cours d’un appel téléphonique, M. Abbas et le roi d’Abdallah II de Jordanie ont « insisté sur l’importance de (…) garantir le respect du statut historique et juridique de la mosquée » Al-Aqsa.

Aucun commentaire: