lundi 31 juillet 2017

Le chef d’Etat-major promet une « sérieuse » réflexion sur la grâce d’Azaria

Seuls le chef d’Etat-major Eizenkot et le président Rivlin peuvent accorder une grâce ou une réduction de peine au jeune soldat dont la sentence vient d’être maintenue en appel

Gadi Eizenkot, chef d'état-major de l'armée israélienne,
 pendant la conférence de Herzliya, le 20 juin 2017. 
(Crédit : Hagai Fried/conférence de Herzliya)


Le chef d’Etat major de l’armée israélienne a indiqué qu’il prendrait « sérieusement » en considération une éventuelle réduction de la peine de 18 mois de prison qui a été maintenue
aujourd’hui dans l’affaire d’Elor Azaria.

Dans un communiqué, le chef d’Etat-major, le général de division Gadi Eizenkot, a estimé que le tribunal a fait connaître une décision « forte et claire » et qu’il a énoncé son verdict à l’issue d’un « processus [juridique] moral, professionnel et impartial ».


La Cour a jugé le maintien du verdict initial prononcé pour homicide volontaire assorti d’une peine de 18 mois d’emprisonnement pour Azaria qui, en mars 2016, avait mortellement tiré sur un terroriste palestinien qui avait été neutralisé après avoir poignardé un militaire et tenté d’en blesser un autre à l’aide de son arme 11 minutes auparavant.

Immédiatement après l’annonce de la cour, des politiciens et des personnalités publiques, notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Avigdor Liberman, ont réclamé la grâce d’Azaria.

En tant que soldat, une telle grâce ne pourrait provenir que d’Eizenkot ou du président Reuven Rivlin, qui avait indiqué antérieurement qu’il ne prendrait une telle décision qu’avec l’approbation d’Eizenkot.

Dans son communiqué, Eizenkot estime que « si le sergent (réserviste) Azaria décide de demander une réduction de peine, elle sera prise en considération avec sérieux, avec un réexamen de toutes les autres considérations relatives à cette affaire et avec tout l’esprit de mon engagement envers l’armée israélienne, ses soldats et les membres de ses services ».

Elor Azaria devant la cour du quartier général de l’armée 
israélienne à Tel Aviv, le 17 mai 2017. (Crédit : Flash90)

Judah Ari Gross

Aucun commentaire: