jeudi 27 juillet 2017

Israël cherche à modifier le statut historique, religieux et politique de la Mosquée al-Aqsa


"Le gouvernement israélien mène un plan qui vise à modifier le statut religieux, historique et politique de la Mosquée al-Aqsa", estime le citoyen suédois d’origine israélienne, Dror Feiler.








Selon le citoyen suédois d’origine israélienne, Dror Feiler, "Israël cherche à modifier le statut historique, religieux et politique de la Mosquée al-Aqsa".

Feiler faisait partie de la flottille menée par des activistes suédois et norvégiens en 2015 dont le but était de briser le blocus imposé par l’état hébreu à Gaza.

Il a répondu aux questions de l’Agence Anadolu relatives aux tensions récentes à Jérusalem et autour de l’Esplanade des Mosquées.

"Le gouvernement israélien mène un plan qui vise à modifier le statut religieux, historique et politique de la Mosquée al-Aqsa", a déclaré l’activiste, affirmant que le gouvernement israélien fait volontairement monter la tension.

Selon lui, cette stratégie du gouvernement date de 2014.

"Connaissant très bien les conséquences de cette politique, le gouvernement choisit d’agir de la sorte par intermittence. J’espère qu’à chaque fois nous serons répondre de manière juste et intelligente pour toujours stopper Israël", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, Feiler va plus loin dans ses critiques envers le gouvernement Netanyahou, en affirmant que la police israélienne a en réalité tué trois de ses propres citoyens.

Il a affirmé que les trois individus tués, accusés d’avoir attaqué la police israélienne à la Mosquée al-Aqsa, étaient des citoyens de l’état hébreu.

"Il y a une chose qui échappe à tout le monde : ces trois personnes possédaient la citoyenneté israélienne. Mais les médias n’en n’ont jamais parlé, c’est très intéressant. Comme à chaque fois, Israël qui veut accuser les Palestiniens, à utiliser cette affaire", a-t-il commenté.

Pour l’activiste suédois, la question ne pourra être réglée que par les principes humanistes.

"Pour l’heure, il semble très difficile de régler le problème entre les deux états. Mais l’application des principes humanistes pourra y favoriser. Tous les individus, au niveau local et international, devront avoir les mêmes droits. Tant que cette règle ne sera pas appliquée, le problème persistera. N’oublions pas ce qu’il s’est passé en Syrie. La religion n’est pas la racine des problèmes entre Israël et la Palestine. La source est l’inégalité, l’injustice et l’opposition au vivre ensemble. Nous devons agir pour que Juifs, Musulmans, Chrétiens et athéistes aient les mêmes droits. Nous devons respecter les différences", a-t-il encore expliqué.

AA


Aucun commentaire: