lundi 3 avril 2017

Allemagne: la vice-présidente de la CDU propose une "loi islam"

La vice-présidente de la CDU, Julia Klöckner, propose notamment un registre public qui recenserait la totalité des mosquées allemandes et leurs sources de financement. La proposition d'une "loi islam" a été aussitôt critiquée par le Parti social-démocrate.

Une 'loi islam' peut placer les droits et devoirs des musulmans vivant en 
Allemagne sur une nouvelle base légale", a déclaré la vice-présidente de la CDU,
Julia Klöckner, dans une interview accordée au Bild am Sonntag.PATRIK STOLLARZ / AFP


La vice-présidente de la CDU, Julia Klöckner, a proposé dimanche 2 avril que l'Allemagne adopte une législation encadrant plus strictement les imams musulmans et interdisent le financement étranger des mosquées. "Une 'loi islam' peut placer les droits et devoirs des musulmans vivant en
Allemagne sur une nouvelle base légale", a-t-elle déclaré dans une interview accordée au Bild am Sonntag.

Sa proposition, à six mois des élections fédérales du 24 septembre, a été aussitôt critiquée par le Parti social-démocrate (SPD), dont le vice-président Olaf Scholz a dit douter qu'elle soit compatible avec la Constitution. La plupart des quatre millions de musulmans vivant en Allemagne sont d'origine turque, et plusieurs mosquées sont financées par le gouvernement turc.
"Difficilement compatibles avec la Constitution allemande" selon le vice-président du SPD

Klöckner propose un registre public qui recenserait la totalité des mosquées allemandes et leurs sources de financement. La dirigeante de l'Union chrétienne démocrate suggère aussi que des aumôniers musulmans soient présents dans les prisons, les hôpitaux ou les maisons de retraite.

"A mon avis, ces propositions sont difficilement compatibles avec la Constitution allemande", a répliqué le vice-président du SPD. Interrogé par le groupe de médias Funke, Scholz soutient qu'une loi fédérale ne peut s'appliquer à une seule communauté religieuse. Il suggère cependant de renforcer la formation en Allemagne des imams, mais ajoute qu'il n'est nul besoin pour cela de légiférer.

Le président du Conseil musulman d'Allemagne, Burhan Kesici, a estimé pour sa part que les propositions de la numéro deux de la CDU étaient populistes et qu'elles stigmatisaient les musulmans d'Allemagne.

(Avec Reuters)

Aucun commentaire: