mardi 28 mars 2017

La criminalité organisée en Israël

Il y a plusieurs manières de parler d’Israël. C’est le pays du soleil, des belles filles et des belles plages, c’est vrai. C’est l’État qui dispose de l’une des meilleures armées du monde, c’est vérifié.

C’est l’un des pays à l’économie la plus prospère qui a réussi à créer une monnaie, le shekel, plus puissante que l’euro et le dollar ; cela a été constaté. C’est le pays qui comporte la plus forte densité d’ingénieurs high-techs du monde, c’est un fait.



Mais l’envers de la médaille n’est pas glorieux car Israël est un pays comme un autre, avec ses tricheurs, ses voleurs, ses violeurs et ses tueurs. D’ailleurs le célèbre poète national, Haïm Nahman Bialik, qui s’épancha particulièrement sur les atermoiements de l’être humain, avait écrit que «nous ne serons un État normal que lorsque nous aurons la première prostituée juive, le premier voleur juif et le premier policier juif».

Alors, pour éviter de salir la réputation du pays, on pourrait fermer les yeux, boucher les oreilles et se
taire sur «la criminalité en Israël». Ce serait de la pure mauvaise foi même si cette réalité risque de donner des arguments à nos ennemis. Chaque semaine, on annonce des règlements de comptes de plus en plus violents, en pleine ville et en présence d’enfants.

Les organisations mafieuses israéliennes comptent parmi les plus violentes et les moins connues du monde. Mais elles existent avec leur lot de violence.

Certaines se contentent d’opérer à l’intérieur de l’État hébreu et dans les pays voisins, mais d’autres se sont implantées en Europe de l’Est et de l’Ouest, dans les principales villes du continent américain, ainsi qu’en Afrique du sud, en Australie et au Japon. Des familles mafieuses connues mettent aujourd’hui en coupe réglée le pays en influant sur une économie prospère.

Serge Dumont, journaliste belgo-israélien, correspondant de plusieurs quotidiens européens, installé en Israël depuis 1986, a enquêté sur cette lèpre qui assombrit l’image idyllique que l’on se fait d’Israël. Son but est de soutenir les autorités qui, pendant de nombreuses années, n’ont pas pu agir par manque de moyens. Il a fait une enquête rigoureuse basée sur des faits avérés. Il rend hommage en fait aux forces de police qui, souvent au péril de leur vie, s’opposent aux gangs en les infiltrant et en les combattant.

Au début des années 90, la mafia israélienne de New-York traitait d’égal à égal avec ses homologues russe et sicilienne : prostitution, blanchiment d’argent, racket, drogue, trafic d’armes, recel de biens volés et contrebande des diamants. Les Juifs d’ex-URSS ont immigré en masse en Israël, à partir de 1989, en drainant avec eux de grands ingénieurs et médecins mais aussi des criminels russes, sans foi ni loi.

Le système bancaire de l’époque favorisait légalement les mouvements de capitaux dont l’origine était douteuse. Les caisses de la Banque d’Israël se sont alors tellement remplies qu’une réévaluation du shekel s’était imposée. Les Russes ont alors cherché à se tailler une place parmi le crime organisé, contrôlé par les Israéliens d’origine et les Juifs d’Afrique du nord immigrés dans les années 1950-60.

Le pays était petit et les places chères expliquant ainsi la guerre des gangs qui a décimé de nombreux mafieux. Les Arabes israéliens ont aussi trouvé leur place. Chacun son territoire, chacun sa spécialité. Les Arabes ont profité de leur proximité avec les Bédouins pour s’adonner à la «traite des blanches», de prostituées importées des pays de l’Est à travers le Sinaï.

Serge Dumont détaille dans son livre, à force de documents et de références, cette mafia qui a progressivement gangrené le pays jusqu’à atteindre des homme politiques corrompus. Il a parlé des familles spécialisées dans le crime comme la famille Abitbol, du boucher Baïza de Tunis et de Paris, qui a été décimée, enfants et petits-enfants, à l’exception d’un rescapé qui a dû sa vie sauve à son séjour de longue durée en prison. Il est difficile de décrire en quelques lignes le contenu de ce thriller de 639 pages qui traite dramatiquement de ce sujet difficile.

Le livre aborde aussi avec force détail la nouvelle criminalité franco-israélienne à col blanc, celle des escrocs au gaz carbone, au Forex, aux options binaires, à la fausse publicité, au président et au Sentier dont les protagonistes ont trouvé refuge en Israël mais qui, par la force des choses, se sont rapprochés de la mafia. C’est un livre dur parce que le sujet dérange et qu’il nous donne une image faussée de l’immigration française ; mais c’est véritablement un roman policier avec la particularité d’être fondé sur des faits réels.

Il dénonce des crimes qui ont ruiné, et ruinent encore de nombreux immigrants français contraints à des expédients pour vivre en Israël et qui tombent sous la coupe d’escrocs sans scrupule. Il n’y a pas de honte à évoquer ces criminels parce qu’ils représentent une infime minorité de ces dizaines de milliers de Français qui ont fait leur alyah. Il faut couper les mauvaises herbes et la police, très renforcée, réussit avec succès. La collaboration franco-israélienne judiciaire et policière devient efficace.

Ceux qui veulent jouer aux vierges effarouchées, parce que l’on traite de sujets dérangeants pour Israël, peuvent continuer à rêver. Ce livre est sain parce qu’il est réel. Une excellente lecture pour tous ceux qui veulent savoir comment et pourquoi des hommes s’entre-tuent, des politiques célèbres tombent dans le panneau des mafieux, et comment des rabbins célèbres se font flouer.

Comment ne pas parler de ces hommes qui salissent la réputation d’Israël parce qu’ils exploitent une faille de la « loi du retour » en se sentant à l’abri des poursuites.

Cet ouvrage fait œuvre de salubrité politique et nationale. Pour quelques euros, on apprend comment Israël ne doit pas être et comment les autorités éradiquent progressivement le mal. C’est le côté optimiste d’un tel texte qui prouve que les gangsters juifs ne peuvent pas avoir le dernier mot et que la plupart finissent prématurément soit en prison soit entre quatre planches.

Le crime ne paie pas à la longue. La morale est sauve. Un excellent livre même s’il parle d’une réalité dramatique.

https://benillouche.blogspot.fr/2017/03/la-criminalite-organisee-en-israel-de.html

Aucun commentaire: