samedi 25 mars 2017

Des milliers de participants aux obsèques d'un cadre du Hamas "assassiné"

Des milliers de militants du Hamas, dont des centaines en armes, ont appelé samedi à la "vengeance" lors des funérailles à Gaza d'un cadre du mouvement islamiste abattu la veille par des hommes non identifiés que le Hamas a accusé d'agir pour le compte d'Israël.

Vendredi soir, Mazen Faqha, 38 ans, était abattu de quatre balles tirées à bout portant dans la tête près de son domicile. Aussitôt les autorités de Gaza, tenue depuis 10 ans par le Hamas, annonçaient l'ouverture d'une enquête, déployaient de nombreux hommes à travers l'enclave palestinienne et multipliaient les accusations en direction de l'Etat hébreu. "Cet assassinat porte l'empreinte claire du Mossad", le renseignement israélien, a ainsi affirmé samedi le procureur général nommé par le Hamas, Ismaïl Jaber.

Présenté par la branche armée du Hamas comme un de ses commandants, Mazen Faqha était, selon les médias israéliens, responsable pour le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 50 ans par Israël, des cellules des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas.

Arrêté par Israël, il avait été condamné à la prison à vie pour sa participation à des attentats suicide au cours desquels des centaines d'Israéliens avaient été tués lors de la deuxième intifada entre 2000 et 2005, selon la même source. Il avait été relâché dans le cadre de l'échange de prisonniers palestiniens contre le soldat franco-israélien Gilad Shalit en 2011. Il avait ensuite été exilé à Gaza à la demande d'Israël.

Samedi, un cortège funéraire en forme de défilé militaire a été organisé pour lui de la morgue de l'hôpital Chifa à la grande mosquée al-Omari de Gaza, ont constaté des photographes de l'AFP.
Les plus hauts dirigeants du mouvement dans l'enclave palestinienne, comme l'ancien Premier ministre Ismaïl Haniyeh et le nouveau chef du Hamas dans la bande de Gaza Yahya Sinouar défilaient en tête.
"Si l'ennemi croit que cet assassinat va changer le rapport de force, qu'il sache que les têtes pensantes des Qassam peuvent y répondre à l'identique", a menacé Khalil al-Haya, adjoint de M. Sinouar.
"L'occupant (israélien) espérait écraser la résistance et asservir le peuple palestinien en assassinant le martyr Faqha", a dénoncé Mohammed al-Hindi, cadre de l'autre grande force islamiste à Gaza, le Jihad islamique.
Contactées par l'AFP, les autorités israéliennes n'ont pour l'heure pas réagi.

Aucun commentaire: