dimanche 26 mars 2017

Après Mossoul, la dissolution de l'Irak et la fin du Moyen-Orient


La bataille contre l’EI est une guerre que personne ne gagnera. Voici la véritable bataille qui devrait nous inquiéter – et que nous devrions livrer

Tous les yeux sont tournés vers la bataille pour Mossoul. La coalition va-t-elle vaincre ou non l'État islamique ? En fin de compte, cela importe peu. Si nous avons appris quelque chose au cours des quatorze dernières années de la « guerre contre le terrorisme » en Irak, c'est bien que les victoires durement remportées d’aujourd'hui peuvent très rapidement devenir les catastrophes épiques de demain.

Que vous soyez pro ou anti-guerre, les faits parlent d'eux-mêmes : le renversement de Saddam Hussein a créé un vide qui a été rempli par les extrémistes d'al-Qaïda, lesquels n'avaient auparavant aucune présence en Irak et se sont transformés en la force apocalyptique connue sous le nom d'État islamique, avant de s’étendre rapidement.


Alors que les États s’affaiblissent, incapables de faire face aux défis fondamentaux qui pèsent sur eux en matière d'environnement, d'énergie et d'économie, le vide est comblé par des extrémistes

Mais la nature même de la bataille pour Mossoul est un signe parmi tant d’autres qui révèlent que le Moyen-Orient comme nous le connaissons n'existe plus, et ne reviendra jamais. La région est profondément enfoncée dans les affres d’une transition géopolitique irréversible vers un nouveau désordre instable.

Avant le 11 septembre, plusieurs stratèges néo-conservateurs considéraient que leur rôle consistait à déployer la puissance impériale américaine afin d’accélérer la dissolution du Moyen-Orient. En réalité, le Moyen-Orient tel que nous le connaissons est en train de se décomposer sous la pression de processus biophysiques plus profonds et plus lents : environnementaux, énergétiques, économiques. Ces processus laminent la puissance des États de la région depuis les coulisses.

Alors que les États s’affaiblissent, incapables de faire face aux défis fondamentaux qui pèsent sur eux en matière d'environnement, d'énergie et d'économie, le vide est comblé par des extrémistes. Toutefois, intensifier la lutte contre les extrémistes n’aborde pas ces questions plus profondes. Au contraire, cela produit plus d'extrémistes.

La guerre à Mossoul ne fera pas exception.

De Falloujah à Mossoul

« C'est Falloujah à une plus grande

La suite sur middleeasteye.net

Aucun commentaire: