lundi 30 mars 2015

Une université musulmane aux Etats-Unis

Premier établissement musulman d'enseignement secondaire. l'Université Zaytuna, à Berkeley, en Californie a été reconnue par l'Association occidentale des écoles et collèges, une organisationacadémique qui supervise les établissements publics et privés aux Etats-Unis. Ce nouveau statut signifie que le Collège Zaytuna, qui possède seulement deux bâtiments et forme une cinquantaine d’étudiants, est une institution légitime d’enseignement supérieur, à seulement quelques pâtés de maison de son estimé voisin: l’Université Berkeley. «Etre reconnu nous place au même niveau que les autres universités», estime Colleen Keyes, le vice-président de Zaytuna. «Nous sommes désormais des partenaires égaux». Cette reconnaissance renforce la crédibilité et le statut des quinze professeurs de l’établissement.


«Cela signifie aussi que nous avons de nouvelles possibilités de collaboration avec nos collègues des autres universités à travers le pays», ajoute Colleen Keyes. «Nous pouvons désormais travailler avec les universités au niveau de la formation de base et au niveau postdoctoral, ainsi qu’avec les écoles de théologie qui sont nombreuses à Berkeley.»

A sa création, en 2009, le Collège Zaytuna n’était qu’un séminaire puis c’est devenu un collège en 2010. Au début, il n’y avait qu’une trentaine d’étudiants pour dix professeurs. La première volée a obtenu son diplôme en 2014 et la même année, l’institution a acheté deux immeubles dans le quartier de Holy Hill, où se trouvent plusieurs universités de théologie. Un des bâtiments, une église, est utilisé maintenant comme salle de réunion pour les étudiants.

Cinquante étudiants de par le monde

Aujourd’hui, l’école compte 50 élèves, dont la moitié vient de Californie et les autres du New Jersey, du Michigan, du Texas, de Floride et du Missouri. Il y a autant d’Américains que d’étrangers de culture pakistanaise, arabe, turque, afro-américaine ou latine. Tous les élèves du Collège Zaytuna sont musulmans, mais aucun prérequis religieux n’est nécessaire pour être admis.

Le Collège Zaytuna – olivier en arabe – est unique aux Etats-Unis. Il propose l’étude des textes islamiques en arabe, y compris le Coran, dans leur forme originale. Zaytuna ne propose qu’un seul diplôme, un bachelor en droit islamique et théologie. Pour l’obtenir, les élèves commencent par étudier les sciences humaines en première année: la rhétorique, la logique, la grammaire anglaise, la dissertation et encore l’étude des œuvres majeures de la littérature occidentale. Parallèlement, ils étudient l’arabe, le droit islamique, l’histoire, la science et les maths. Pour obtenir leur diplôme, ils doivent être capables de réciter un passage du Coran et avoir effectué des travaux communautaires.

«Les élèves comprennent qu’il n’y a pas de dichotomie entre l’Islam et l’Occident», explique Colleen Keyes. «Le rôle des musulmans aux Etats-Unis est de considérer l’islam dans un environnement non islamique et de penser à la façon d’être musulman et Américain en même temps.»

Vingt-quatre mille dollars par année

Les cours sont mixtes, mais les élèves doivent promettre de ne pas flirter ensemble dans l’établissement. Les frais de scolarité s’élèvent à 15 000 dollars par année auxquels il faut ajouter 9000 dollars pour le logement. Raja Ali, une étudiante de deuxième année, âgée de trente ans, a choisi le Collège Zaytuna avant qu’il soit reconnu. L’annonce de sa reconnaissance signifie beaucoup pour elle. «Je suis tellement contente pour l’avenir du Collège et celui des futurs étudiants», dit-elle. L’Association occidentale des écoles et collèges n’a pas répondu à des questions écrites concernant sa décision d’accréditer le Collège. Toutefois, dans une lettre du 4 mars 2015, la présidente du groupe d’accréditation, Mary Ellen Petrisko, a déclaré que le Collège réunissait les quatre conditions fondamentales pour être reconnues.

Les réactions face à cette accréditation sont divisées. Nonie Darwish, le fondateur de l’organisation Arabs for Israel, a dit à FoxNews.com que le cofondateur du College Zaytuna, Hatem Bazian, était un «anti-Israël» et un opportuniste qui utilisait sa position pour faire avancer ses propres idées politiques. D’autres avis ont été plus favorables. «Je ne peux pas arrêter mes larmes de joie», a écrit un lecteur sur le blogue de UC-Berkeley. «Merci à Allah! Merci à tous les frères et sœurs qui ont donné de leur temps, de leur argent et partagé leurs compétences pour faire aboutir ce projet.»

Aucun commentaire: