mercredi 30 mai 2012

Israël / Le recours au virus «Flame» contre l'Iran est «justifié»

Publié le 29 mai 2012 sur le site canoe.ca

JERUSALEM - Le ministre israélien des Affaires stratégiques Moshé Yaalon a justifié mardi le recours à de puissants virus informatiques, comme la «cyber-arme» Flame, découverte récemment, afin de contrer la menace nucléaire iranienne.

«Il est justifié, pour quiconque considère la menace iranienne comme une menace significative, de prendre différentes mesures, y compris celle-là, pour la stopper», a estimé M. Yaalon à la radio militaire, alimentant les spéculations sur une possible implication d'Israël dans ce programme informatique.< «Israël est en pointe dans les nouvelles technologie et ces outils nous offrent toutes sortes de possibilités», s'est targué M. Yaalon, qui est aussi vice-Premier ministre.


L'éditeur russe de logiciels antivirus Kaspersky Lab a annoncé lundi avoir identifié un virus informatique au potentiel destructeur inégalé, baptisé Flame, et utilisé comme une «cyber-arme» contre plusieurs pays.


«La complexité et la fonctionnalité du programme récemment détecté dépassent celles de toutes les autres cybermenaces connues à ce jour», a souligné la compagnie russe dans un communiqué.

Selon Kaspersky Flame est «vingt fois plus important que Stuxnet», un virus détecté en 2010 et utilisé contre le programme nucléaire iranien.

Flame est capable de «voler des informations importantes, pas uniquement contenues dans les ordinateurs, des informations sur des systèmes visés, des documents archivés, des contacts d'utilisateurs et même des enregistrements audio de conversations», a précisé la société russe.

Selon des médias occidentaux, Flame aurait été exploité pour attaquer le ministère du Pétrole iranien et le principal terminal pétrolier d'Iran.

«Des découvertes préliminaires indiquent que ce logiciel malveillant était dans la nature depuis plus de deux ans, depuis mars 2010», indique Kaspersky Lab.

Après les virus Stuxnet et Duqu, un autre programme semblable, Flame marque «une nouvelle étape» dans la cyberguerre, «et il est important de comprendre que de telles cyberarmes peuvent facilement être utilisées contre n'importe quel pays», a déclaré Evgueni Kaspersky, directeur général de l'éditeur de logiciels antivirus.

URl du billet: http://fr.canoe.ca/techno/internet/archives/2012/05/20120529-103322.html

Aucun commentaire: