mercredi 29 juin 2011

Arrestation en Grande-Bretagne de cheikh Raëd Salah

Publié le 29 juin 2011 sur le site romandie.com


JERUSALEM - Le chef du Mouvement islamique arabe israélien, cheikh Raëd Salah, a été arrêté à Londres alors qu'il s'apprêtait à faire une tournée de conférences en Grande-Bretagne, a affirmé mercredi un porte-parole de son mouvement.


Il (cheikh Salah) a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi à Londres et se trouve actuellement en prison. Nous ignorons s'il doit être extradé, et attendons aujourd'hui des informations à son sujet par l'intermédiaire de son avocat, a indiqué à l'AFP Cheikh Kamal Khatib.

Le porte-parole n'a pas été en mesure de donner des précisions sur le lieu de détention de M. Salah, mais il a dénoncé des pressions exercées par le lobby sioniste en Grande Bretagne sur la police britannique.

Selon la radio publique israélienne, M. Salah aurait été arrêté notamment pour avoir tenu publiquement des propos antisémites et incité à la violence dans le cadre de ses activités politiques.

La radio a précisé que le cheikh figurait sur une liste noire établie par le ministère britannique de l'Intérieur de personnes non autorisées à pénétrer en Grande-Bretagne, mais aurait déjoué la surveillance sécuritaire à l'aéroport de Heathrow en modifiant une lettre de son patronyme sur son passeport.

Le cheikh Raëd Salah est à la tête de l'aile radicale du Mouvement islamique. Il avait été libéré en décembre après avoir purgé cinq mois de prison pour avoir craché sur des policiers israéliens lors d'une manifestation.

Il a été arrêté à maintes reprises, notamment pour avoir participé à une flottille d'aide internationale à Gaza, dont l'arraisonnement meurtrier le 31 mai par la marine israélienne avait soulevé une vague de réprobation internationale.

Le Mouvement islamiste est une organisation extra-parlementaire légale en Israël mais sévèrement surveillée, étant soupçonnée d'être en contact avec le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et d'autres mouvements islamistes de par le monde.

La communauté des Arabes israéliens, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'Etat hébreu en 1948, compte plus d'1,3 million de personnes, soit 20% de la population totale d'Israël.

Elle fait face à des discriminations, notamment en matière d'emploi et de logement dans des localités juives.

(©AFP / 29 juin 2011 11h33)

URL de la dépêche: http://www.romandie.com/news/n/_Arrestation_en_Grande_Bretagne_d_un_dirigeant_arabe_israelien290620111106.asp

Les autorités britanniques arrêtent le Shaikh Raed Salah
Publié le 29 juin 2011 sur le site palestine-info.net

Londres – CPI

Les autorités britanniques ont arrêté la nuit dernière le chef du Mouvement islamique dans les territoires palestiniens, le Shaikh Raed Salah, sous prétexte qu’il constitue une « menace pour le public en Grande-Bretagne ». Il a été transféré dans un centre de détention en attendant son expulsion du Royaume-Uni.

Le Shaikh Raed Salah était arrivé en Grande-Bretagne sans aucune objection de l’administration des migrations, en dépit de la décision de la ministre britannique de l’Intérieur de l’inclure dans la liste des personnes interdites d’entrer dans le pays.

Il était prévu que le Shaikh Salah prononce un discours devant plusieurs membres du Parlement britannique du parti travailliste de l’opposition, et l’aile gauche du parti l’avait appelé à parler sur le conflit palestino-sioniste.

Des responsables britanniques ont essayé d’empêcher Raed Salah de prononcer son discours devant les députés cette semaine, car le gouvernement britannique le considère comme une cause de grand embarras devant l’Etat d’occupation.

Des sources dans le gouvernement à Whitehall ont rapporté que la ministre de l’Intérieur est très en colère à cause de la confusion dans les procédures qui a permis au Shaikh Salah d’entrer en Grande-Bretagne.



Rappel

Raed Salah : Israël se prépare à finaliser le nettoyage ethnique des Palestiniens
Publié le 15 juin 2011 sur le site ism-france.org
Par Raed Salah

Dans un entretien exclusif avec le Middle East Monitor, le chef du mouvement islamique en Israël, Sheikh Raed Saah, a mis en garde : "Les Israéliens posent les bases d'un climat général "adéquat" pour la dernière étape du nettoyage des Palestiniens, qui a débuté en 1948 et qui n'a pas cessé depuis."
Salah, que les Palestiniens considèrent comme le gardien de la Mosquée Al-Aqsa, dit : "Jérusalem souffre de l'occupation israélienne continue et elle subit le programme de judaïsation d'Israël. Les lieux saints islamiques et chrétiens, les mosquées, les églises et les cimetières, font l'objet d'attaques incessantes."
"Je suis convaincu que les révolutions arabes redéfiniront la cause palestinienne, bien que certains aient essayé de distordre cette définition en affirmant que la question de la Palestine ne concernait que les Palestiniens. Les révolutions ont confirmé que la cause de la Palestine est une cause pour le monde arabe et islamique tout entier et une cause pour tous ceux qui chérissent la liberté et l'humanitarisme."

Raed Salah : Israël se prépare à finaliser le nettoyage ethnique des Palestiniens

Entretien

MEMO : Pouvez-vous décrire la situation actuelle à Jérusalem ? Que se passe-t-il pour les Palestiniens qui y vivent, pour la Mosquée Al-Aqsa et les autres sanctuaires islamiques ?

Sheikh Raed Salah : Jérusalem souffre de l'occupation israélienne continue et elle subit le programme de judaïsation d'Israël. Les lieux saints islamiques et chrétiens, les mosquées, les églises et les cimetières, font l'objet d'attaques incessantes.

La Mosquée Al-Aqsa en particulier est confrontée aux exactions de l'occupation, aux creusements et aux démolitions. Il existe une très sérieuse possibilité que les autorités de l'occupation israélienne réalisent leurs rêves fous annoncés explicitement : c'est très simple, ils veulent détruire la Mosquée Al-Aqsa et construire un temple à sa place.

Les souffrances des citoyens palestiniens sous occupation israélienne à Jérusalem sont énormes : restrictions pour gagner leurs vies, obstacles pour les empêcher de construire sur leur propre terre, confiscations de la terre palestinienne par la municipalité de Jérusalem sous contrôle israélien dans des circonstances inacceptables.

Ils vivent sous la menace que leurs cartes d'identité soient confisquées et qu'ils soient expulsés de leur lieu de naissance. C'est exactement ce qui est arrivé récemment à Mohammed Abu Tair, membre élu au Conseil législatif, une menace qui pèse sur tous les autres membres du Conseil élus pour représenter la population de Jérusalem, et c'est arrivé également à l'ancien ministre Khaled Abu Arafa.

Les Jérusalémites sentent que toutes leurs institutions sont menacées, les organismes sociaux, de santé, d'enseignement, de littérature, malgré les impôts levés par la municipalité et qu'ils doivent payer. Ces soi-disant taxes ne sont qu'un moyen pour confisquer la terre et les maisons des citoyens sous le prétexte de l'évasion fiscale.

MEMO : Quelles sont les conditions de vie des Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés par Israël en 1948 ? Pouvez-vous décrire les défis socio-économiques, juridiques et politiques auxquels ils sont confrontés étant donné la législation israélienne et les restrictions qui leurs sont imposées ?

RS : Personnellement, je suis convaincu que la réalité des territoires de 1948 peut être résumée en trois projets que l'establishment israélien applique contre la communauté palestinienne de 1948.

1. Des tentatives de l'establishment israélien pour séparer les citoyens palestiniens de leurs liens palestiniens, arabes et islamiques.
2. Des tentatives de l'establishment israélien pour démanteler la société palestinienne, de manière à ce qu'elle devienne un ensemble d'individus, et rien d'autre.
3. Les Israéliens posent les bases d'un climat général "adéquat" pour la dernière étape du nettoyage des Palestiniens, qui a débuté en 1948 et qui n'a pas cessé depuis. D'abord les individus sont expulsés, puis par groupes ; après, cela peut devenir plus grave.

Tout ce que l'establishment israélien met en pratique contre la société palestinienne, depuis la discrimination juridique et la persécution religieuse jusqu'à la confiscation quotidienne et l'érosion des droits, fait partie des trois projets notés ci-dessus.

Je veux mentionner ici que l'establishment israélien donne à toutes ses décisions et ses pratiques une couverture légale, de manière à ce que tout semble légal, comme la confiscation de la terre appartenant aux Palestiniens et la destruction de leurs maisons. L'establishment israélien a ratifié de nombreuses lois pour masquer tous les aspects de ces injustices, auxquelles il se réfère pour détruire les maisons et même des villages entiers dans le désert du Néguev.

Le dernier exemple en est la loi qui autorise les autorités à retirer la citoyenneté. En violation de toutes les normes internationales, les Israéliens ont adopté une loi qui les autorisent à retirer leur citoyenneté aux Palestiniens et à les expulser de leurs maisons, et tout ceci est parfaitement "légal" en Israël.

MEMO : Que pensez-vous des négociations ? Les négociateurs israéliens et l'Autorité Palestinienne discutent de la possibilité d'un "échange de population" avec un "échange de terre" pour l'établissement d'un Etat palestinien : qu'en pensez-vous et qu'en pense la population sur le terrain ?

RS : Je peux confirmer que tous les mouvements politiques dans les territoires palestiniens, y compris les masses, refusent d'accepter de tels échanges. Ils les considèrent, et moi aussi, comme un plan pour expulser les Palestiniens de leur terre et poursuivre ce qui a débuté pendant la Nakba sur la terre de 1948.

MEMO : Etes-vous en contact avec des membres de l'équipe de négociation de l'OLP ? D'après vous, que serait une solution juste au conflit ?

RS : J'ai des relations avec le Haut-Comité de suivi, l'Autorité palestinienne et la société palestinienne en général, avec toutes ses institutions et toutes ses factions. Au sujet de la seconde partie de votre question, je pense que la question elle-même est injuste pour le peuple palestinien. On ne cesse de nous demander notre opinion sur la solution, mais en même temps, l'occupation israélienne continue de judaïser Jérusalem et la Cisjordanie . En d'autres termes, c'est à nous qu'on pose la question, alors que la réalité de la situation rend la réponse dénuée de sens. En conséquence, je dis que lorsqu'il y aura une véritable chance pour l'établissement d'un Etat palestinien, je répondrai à cette question.

MEMO : Le Mouvement islamique en Palestine (1948) est composé depuis des années de deux factions, et vous êtes le chef du mouvement du nord. Les deux mouvements se sont unis récemment en Israël. Pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui a provoqué cette union ? Et quel impact pensez-vous qu'elle aura sur les Palestiniens en Israël ?

RS : Le mouvement islamique s'est scindé en 1996, et on a vu l'émergence de deux écoles de pensée. Aujourd'hui, toutefois, les deux groupes se dirigent vers l'unification de l'action et du mouvement islamiques. Les Palestiniens à l'intérieur d'Israël ont accueilli cette unification avec joie car ils pensent que cela leur donnera du pouvoir, pas seulement au mouvement islamique.

Le mouvement islamique dans les territoires palestiniens de 48 a été créé dans les années 1970 et est passé par trois stades :
1. Le stade de la création, qui s'est terminé avec une campagne d'arrestation par les autorités israéliennes contre les membres du mouvement en 1978.
2. Après les arrestations, et au milieu des années 1980, des institutions locales ont été fondées et la structure organisationnelle incluait tous les membres du mouvement. Ce stade a pris fin avec le départ de certains des membres qui ont décidé de participer aux élections à la Knesset israélienne et ont fait partie du processus politique israélien.
3. La troisième étape a vu l'expansion du travail islamique basé sur l'éducation. Le mouvement a développé des projets éducatifs et de soutien qui correspondaient à notre compréhension de notre religion.

Pendant cette période, le mouvement a amplifié sa lutte populaire et approfondi sa participation aux activités palestiniennes internes ; il a mis en œuvre de nombreux projets qui ont eu un impact sur la vie des gens ordinaires parce qu'ils comprenaient et répondaient à leurs nombreuses préoccupations. Le mouvement a ainsi commencé à établir un réseau d'organisations et de service pour aider les Musulmans et les non-Musulmans à l'intérieur d'Israël : les comités de la zakat (l'aumône, ndt) par exemple, les comités de réforme et autres institutions sociales comme l’Institution Sanad pour la mère et l'enfant, et beaucoup d'autres.

Depuis les années 1990, le mouvement islamique s'est focalisé sur les préoccupations au sujet deJérusalem et de la Mosquée Al-Aqsa. Nous avons réalisé l'ampleur de la conspiration contreJérusalem, sa population et Al-Aqsa, et le mouvement islamique a décidé de créer la Fondation Aqsa, qui est très populaire car elle est l’œil qui observe de près ce que fait l'establishment israélien contre nos lieux saints et la Mosquée Al-Aqsa, et elle diffuse des alertes sur les crimes ignobles de l'occupation israélienne.

MEMO : Les soulèvements arabes ont attiré l'attention de la communauté internationale et des médias internationaux, ces derniers mois au cours desquels des dictateurs et des régimes ont été renversés. Quel est votre évaluation sur les révolutions en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ? En particulier, pensez-vous que le changement de régime en Egypte aura un impact sur la Palestine ?

RS : Je suis convaincu que les révolutions arabes redéfiniront la cause palestinienne, bien que certains aient essayé de distordre cette définition en affirmant que la question de la Palestinene concernait que les Palestiniens. Les révolutions ont confirmé que la cause de la Palestineest une cause pour le monde arabe et islamique tout entier et une cause pour tous ceux qui chérissent la liberté et l'humanitarisme. Cela veut dire que les autorités d'occupation israélienne savent qu'aujourd'hui, elles ne combattent pas seulement le peuple palestinien mais aussi l'ensemble du monde arabe, islamique et humanitaire, tant qu'elles continuent à nier le droit du peuple palestinien à établir un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale.

MEMO : La campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) a commencé à faire des vagues, dans la communauté internationale, avec des célébrités, des parlementaires et des militants soutenant la campagne. Que pensez-vous du mouvement BDS et des activistes internationaux qui viennent en Palestine pour aider à mettre fin à l'occupation ?

RS : Aujourd'hui, les Palestiniens savent que les Nations-Unies ont reconnu l'Etat d'Israël sous condition, à savoir que les réfugiés palestiniens seraient autorisés à revenir sur leur terre. Cependant, il est clair que l'establishment israélien refuse le droit au retour, ce qui signifie qu'il n'a pas rempli les conditions pour sa reconnaissance par les Nations-Unies.

Par conséquent, l'opinion publique en Palestine dit tout-à-fait franchement qu'Israël a fait de lui-même une entité invalide, dans tous les sens du terme. Les Palestiniens se demandent pourquoi Israël se sent le droit d'exiger qu'ils reconnaissent son existence alors qu'en même temps, l'Etat sioniste refuse de reconnaître la Palestine. Pourquoi la reconnaissance est-elle à sens unique ?
Il est donc naturel pour les Palestiniens de soutenir la campagne BDS car il est évident que l'entité israélienne est une fausse réalité qui ne doit pas être reconnue par les autres.

MEMO : Quelle est la signification de votre participation à la Flottille de la Liberté ?

RS : Pour moi, participer à la Flottille de la Liberté signifie faire partie d'une initiative mondiale dans laquelle des gens du monde entier, de tous les continents et de toutes les religions, se réunissent pour affirmer qu'il est temps de lever le siège de Gaza, qu'il est temps que Gazavive dans la liberté et l'indépendance et qu'elle jouisse d'une pleine souveraineté sur sa mer, sa terre et son ciel, comme étape vers l'établissement d'un Etat palestinien avec Jérusalemcomme capitale.

En même temps, la participation à la Flottille de la Liberté représente pour nous, Palestiniens des territoires occupés en 1948 connus comme "Israël", un retour à nos racines dont certains ont essayé de nous séparer. Nous renouvelons nos canaux de communication entre nous-mêmes et nos liens palestiniens, arabes, islamiques et humanitaires.

Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

URL du billet: http://www.ism-france.org/analyses/Raed-Salah-Israel-se-prepare-a-finaliser-le-nettoyage-ethnique-des-Palestiniens-article-15709

-------------






2 commentaires:

Anonyme a dit…

Aucune surprise dans cette nouvelle bassesse britannique dirigée à l’encontre d’un des plus célèbres et actifs résistants palestiniens encore vivants !!!
La Grande-Bretagne a toujours montré de quel côté elle se situait sur cette question! Ces derniers mois, elle a montré qu’elle était même disposée à modifier ses lois intérieures pour que les pires criminels de guerre sionistes ne soient aucunement inquiétés sur son sol lors de leurs déplacements en vue de propager leur idéologie barbare et obtenir plus de soutien des dirigeants du pays !!! Ce n’est pas peu dire !!!
Alors évidemment,pour les dirigeants britanniques,laisser cheikh Raed Salah faire ses conférences pour lever le voile auprès de l’opinion britannique sur le nettoyage ethnique permanent que subisse les palestiniens depuis 63 ans, serait consiéré comme un véritable crime de lèse-majesté sioniste!

juste a dit…

Que ce soit en Grande Bretagne, la France ou tout autre pays occidental prônant la "dictature démocratique", les droits de "l'homme singe" ou la liberté de "l'expression profanatrice", c'est toujours la même volonté qui s'applique : celle du plus fort. La justice? les valeurs? La loi? l'opinion publique? Ce ne sont pour eux que des vulgaires couleurs dans l'art la tromperie.

Cette illusion inculquée durant des siècles par étapes successives, se dissipe instantanément grâce à la lumière divine. A ce moment là on trouve un sens aux évènements et on voit que leur paradis est l'enfer et que leur enfer est le paradis. On voit clair le torrent qui nous submerge, on se rend compte de notre petitesse et notre impuissance car on ne peut ni se frayer un chemin ni se laisser emporter par le torrent. Alors on se bat, on bouge, on agit, on est obligé de luter car l'immobilisme donnera raison à l'impitoyable torrent qui nous emportera et surtout on doit appeler sans cesse Dieu à notre secours. Malheureusement tous ces efforts dans l'immédiat ne font que nous maintenir en place, alors certains désespèrent et se laissent emporter puis fusionnent avec le torrent, tandis que d'autres s'impatientent et deviennent hyperactifs... on espère que Dieu accepte ces derniers quand même. La meilleure des résolutions est de continuer la lute, de lever fièrement la tête hors de l'eau et surtout appeler sincèrement le Créateur à notre secours, tel est le but de cette épreuve difficile tant mentionnée dans la prophétie. A chaque peuple sa prophétie mais parfois elles se croisent comme dans la suprématie de la volonté du plus fort. Ainsi pas d'inquiétude car l'Ultime Dominateur, le puissant et l'omnipotent n'est autre que le Dieu que nous adorons, louange et gloire à Lui et paix sur ses Messagers et sur tous les salah (vertueux) de l'histoire, de Hamouri à Raëd en passant par Al Ayoubi.