samedi 31 octobre 2009

Bi’lin : violente répression de la manifestation hebdomadaire contre le mur d’Apartheid

Publié le samedi 31 octobre 2009 sur le site info-paletine.net
par Ma’an News

Au moins deux manifestants et un soldat israélien ont été blessés au cours d’une manifestation contre le mur d’Apartheid dans le village de Bil’in en Cisjordanie ce vendredi, selon des militants palestiniens et les médias israéliens.

Vue d’une des manifestations hebdomadaires à Bi’lin - Photo : Activestill.org



Les manifestants ont déclaré à Ma’an que deux Palestiniens avaient été blessés et des dizaines d’autres internationaux, dont plusieurs Israéliens, avaient été en état de suffocation à cause du gaz lacrymogène tiré par les forces d’occupation stationnées devant la barrière toujours en construction.

Un soldat israélien a été légèrement blessé quand une grenade lui a explosé dans la main [on pensera à remercier le fabriquant ... N.d.T]. Ma’an n’a pas pu confirmer de manière indépendante cette information, bien que des grenades paralysantes sont communément lancées sur les manifestations en général non-violentes qui ont lieu chaque semaine.

Le Comité Populaire Contre le Mur a signalé que les manifestants s’étaient réunis au nom de Adeeb Abu Rahma, un Palestinien emprisonné depuis le 10 Juillet pour sa participation à des rassemblements hebdomadaires.

La manifestation de cette semaine a été « consacrée à l’appel pour la libération de Abu Rahma, ainsi que pour protester contre les tentatives en cours visant à éliminer la résistance dans le village », dit le communiqué, se référant à des rafles nocturnes faites par des soldats israéliens au cours desquelles des manifestants ou des manifestants présumés sont arrêtés et emmenés dans des centres de détention.

Abu Rahma, qui est détenu pendant plus de trois mois, n’est en réalité pas soupçonné d’acte violent, selon le communiqué, mais il a été mis en prison sous l’accusation d’incitation à la violence, « ce qui a été très librement interprété dans ce cas pour y inclure l’organisation de manifestations populaires », précise le communiqué.

Un juge avait d’abord décidé qu’Abu Rahmah serait libéré avec des conditions restrictives, mais un appel initié par l’armée israélienne avait entraîné l’annulation de la décision, et Abu Rahmah doit rester en détention provisoire jusqu’à la fin de la procédure juridique. Depuis l’arrestation, la défense a fait appel à quatre reprises de cette décision. Les instructions judiciaires durent souvent jusqu’à un an, alors qu’Abu Rahma est le seul soutien pour une famille de 11 personnes, ajoute le communiqué.

L’arrestation d’Abu Rahma est survenue au milieu d’une campagne d’arrestation lancée par les troupes israéliennes d’occupation qui a débuté en même temps que les audiences préliminaires [au CAnada] dans un procès intenté par Bil’in contre deux entreprises canadiennes responsables de la construction de la colonie illégale de Modiin Illit.

En presque cinq ans de protestations, quelque 75 habitants de Bil’in ont été arrêtés pour avoir participé aux manifestations contre le mur. Parmi eux, 27 ont été arrêtés durant la campagne d’arrestations en cours.

Les forces israéliennes forcent régulièrement l’entrée des maisons, recherchant les participants aux manifestations, visant principalement les responsables du Comité Populaire, ainsi que les adolescents accusés de jets de pierres.

Le 23 Juin 2009, un tribunal canadien a entendu les arguments préliminaires d’une plainte déposée par Bil’in contre deux entreprises enregistrées au Canada (Green Park International et Green Mount International). Le village veut imposer la fin de la colonisation en s’appuyant sur une loi canadienne datant de l’an 2000 et traitant des crimes contre l’humanité et crimes de guerre, qui intègre le droit humanitaire international dans le droit fédéral canadien.

Certaines des personnes arrêtées dans les dernières rafles ont déclaré avoir été interrogées au sujet de ce procès. Seize personnes demeurent actuellement en détention, dont neuf mineurs.

Dans le village voisin de Ni’lin, les forces israéliennes ont lancé une invasion à grande échelle, selon les organisateurs.

Ceux-ci on dit que quelques dizaines de jeeps militaires ont pénétré au coeur du village vers 9h30 et ont imposé un couvre-feu aux habitants. Les forces israéliennes ont tiré des balles d’acier recouvertes de caoutchouc sur les villageois, ont fermé les magasins et forcé les gens à rester dans leurs maisons.

Ceux qui étaient capables de participer à la manifestation ont tenté ce vendredi de marcher en direction des terres menacées, mais des soldats israéliens les ont empêchés d’atteindre les bulldozers.

En tout état de cause, la population locale a insisté sur le fait que les brutales mesures israéliennes n’ont pas réussi à briser la détermination de Ni’lin, et que « la force de la solidarité entre Ni’lin et les villages environnants continuent de croître », ajoute leur déclaration.

« La lutte au grand jour est le seul moyen de retrouver notre liberté, » a déclaré brahim Ameera, un des organisateurs, à Wafa [WAFA, agence d’informations officielle de l’Autorité palestinienne de Ramallah], tout en promettant que les manifestations se poursuivront.

Les habitants de la localité voisine d’Al-Midya et d’autres villages ont été également très actifs. Mardi dernier, par exemple, les gens dans les villages autour de Ni’lin volontairement fermé leurs magasins et se sont joints à la manifestation.

31 octobre 2009 - Ma’an News Agency - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.maannews.net/eng/ViewDet...
Traduction : Info-Palestine.net


Lien de l'article: http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7555


En complément la vidéo de la manifestation du vendredi 30 octobre 2009 à Bil'in

Aucun commentaire: