vendredi 31 juillet 2009

Martyrs: Le martyr Hayel Abou Zaïd a passé le clair de sa vie dans les prisons israéliennes

Paru sur le site du Centre Palestinien d'Information le 31 juillet 2009

(Photo CPI)

Ramallah – CPI
Le martyr Hayel Abou Zaïd est originaire du mont syrien du Golan, tojours occupé par les Israéliens. Il a passé une vingtaine d’années de sa vie dans les prisons de l’occupation israélienne. Et c’est la prison qui a été la cause directe de sa mort. La négligence médicale, la torture et toutes sortes d’agressions pratiquées contre lui, contre tous les captifs palestiniens d’ailleurs, ont fait de lui un homme fantôme. Six mois seulement après sa sortie de prison, il est parti auprès de son Seigneur se plaindre de ces occupants inhumains.

Le 7 juillet 2009, nous avons vécu la quatrième commémoration du départ de ce héro. Un exemple de ce que les captifs palestiniens subissent dans les prisons israéliennes : toutes sortes d’agressions et de négligences dont surtout cette négligence médicale qui n’arrête de tuer des centaines de captifs palestiniens.

Dans un rapport dont notre Centre Palestinien d’Information (CPI) a reçu une copie, le centre Ahrar, Libres, expose quelques phases de la vie de Hayel, phases de lutte contre ceux qui occupent sa patrie.

Des traces évidentes

Le martyr captif Hayel a passé vingt ans de sa courte vie dernière les barreaux israéliens. En effet, il n’a respiré l’air de la liberté que pendant dix-sept ans.

Lorsqu’il a vu sa terre syrienne du Golan occupée par les Israéliens, avec d’autres jeunes Syriens, il a formé le groupe « Le mouvement de la résistance secrète ». Quelques temps plus tard, les occupants ont mis la main sur lui pour le condamner à une incarcération de 27 ans dont il a purgé 20 années, avant d’être relâché pour aller mourir chez les siens !

Dans les prisons, Hayel n’était jamais au goût de l’occupant. Il organisait ses collègues. Il organisait des actions, des grèves. Un défi permanent pour l’occupant, au prix fort de sa jeunesse, puis de sa vie tout court.

Hayel adorait sa terre et celle de la Palestine.

La naissance

Hayel Hossein Abou Zayd est né dans le village de Majdel Chams, le 1er juillet 1968.

Dès sa petite enfance, il se montrait actif contre les autorités israéliennes d’occupation. Il faisait face aux soldats d’occupation, avec le bâton s’il le fallait. Petit à petit, un mouvement bien organisé s’est mis à barrer la route aux occupants.

Enlèvement et jugement

Hayel n’avait pas encore 17 ans lorsqu’une grande force israélienne a investi sa maison pour le kidnapper.

Pourtant, l’interrogation a montré qu’il avait une endurance héroïque. Les occupants n’ont pas pu tirer un seul mot de lui.

Un chef en captivité

Après avoir été condamné à 27 ans de prison ferme, il n’a pas arrêté ses activités. Il est vite devenu un chef en captivité. Il a mené bien des grèves, surtout cette grève ouverte de 1992 et la célèbre mutinerie d’Asqalan de 1991.

Hayel était si gênant pour les occupants qu’ils lui interdisaient de voir son père agonissant.

La maladie

Le 6 décembre 2004, il a été hospitalisé pour un cancer du sang. Il est resté dans l’hôpital, les mains et pieds enchaînés !

Les bourreaux israéliens ne l’ont relâché qu’après être devenu un fantôme de lui-même, un mort-vivant. Six mois seulement après sa sortie de l’hôpital, il a quitté ce bas monde.

Fouad Al-Khafach, directeur du centre Ahrar, appelle à l’ouverture d’une enquête internationale pour mettre sous lumière les cas de ces centaines de Palestiniens qui perdent la vie à cause du mauvais traitement pratiqué par les occupants israéliens dans leurs prisons.

Lien de l'article: http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7nN8p6I966tuJ4SNfdIm9A5G8UlLUxs9j68xniGAbviuZvHZIBL2k%2bcQgGFtqy4aXJpTP%2bSF2KGAx4AQNBFJuGG98mW5N%2fEIOWBAEfcA9A8U%3d

Aucun commentaire: