jeudi 13 février 2020

Washington : "Les résolutions de l'ONU sur le conflit israélo-palestinien constituent un échec spectaculaire"

Mona Saanounı 

AA/New Yord/Mohamed Tarek

La représentante américaine permanente à l’Organisation des Nations Unies, Kelly Craft, a considéré, mardi, que les résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité relatives au conflit israélo-palestinien constituent un «échec spectaculaire » et n’ont abouti à aucun résultat.


C’est ce qui ressort de l'allocution de Craft, lors de la réunion du Conseil de sécurité portant sur le prétendu plan de paix américain, connu par « l’accord du siècle », en présence du président palestinien Mahmoud Abbas.


Et la représentante américaine d’ajouter que « l’importance d’instaurer la paix au Moyen-Orient a été discutée pendant de longues heures au sein de l’ONU avec plus de 800 résolutions relatives à cette cause ».


Elle souligné, dans le même ordre d’idées, que « ces discussions et résolutions n’ont pas abouti à une paix réelle et durable ».


« Etant donné cette situation d'échec spectaculaire, il serait erroné de dire qu'on a au mieux utilisé notre temps, voilà pourquoi le président Trump a proposé une nouvelle vision de la paix », a précisé Craft.


Elle a considéré, dans ce contexte, que le plan de Trump « présente une vision différente de la paix par rapport aux précédentes propositions, car elle est précise et réaliste ».


Kelly Craft a indiqué que « l’adoption de ce plan par Israël est un pas historique ».


Le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait réitéré, plus tôt mardi, son rejet du prétendu « accord du siècle » américain, affirmant que « nous n’accepterons pas l’accord et nous ferons face à son application sur le terrain ».


Il avait considéré que « le large rejet de cet accord est la résultante des positions unilatérales que comporte ce plan et de son incompatibilité franche avec la légalité internationale et l’Initiative de Paix arabe ».


Abbas avait, cependant, indiqué que « « La paix entre Palestiniens et Israéliens est encore possible et je suis venu ici pour édifier un partenariat international à même de réaliser une paix globale, juste et pérenne comme choix stratégique ».


Le 28 janvier dernier, le président américain, Donald Trump, avait annoncé le prétendu "Accord du siècle", mardi, lors d'une conférence de presse à Washington, en présence du Premier ministre israélien sortant Benyamin Netanyahu.


Le plan américain prévoit la création d'un État palestinien sous la forme d'un archipel relié par des ponts et des tunnels et de faire de la ville de Jérusalem la capitale “indivisible” d'Israël.


Les palestiniens, la Ligue des Etats arabes, l’Organisation de la Coopération islamique, l’Union africaine, et de nombreux pays, au premier rang desquels figure la Turquie, ont rejeté ce plan qui ne « satisfait pas le minimum des droits et aspirations légitimes du peuple palestinien et est contraire aux référentiels du processus de paix ».


Aucun commentaire: