mardi 21 mai 2019

"La crise syrienne a aussi été un test défiant l’humanité et la politique internationale"

- Fahrettin Koca, ministre turc de la santé, s'est exprimé lundi lors de la réunion d’ouverture de 
l’Assemblée mondiale de la santé, à Genève en Suisse.
Yeşim Sert Karaaslan,Ayşe Betül Gedikoğlu

( Bayram Altuğ - Anadolu Ajansı )

AA - Ankara - Ayse Betul Gedikoglu

"La crise syrienne n’a pas seulement été un test défiant les systèmes de santé mais aussi celui de l’humanité et de la politique internationale", a déclaré Fahrettin Koca, ministre turc de la santé.

Le discours du ministre turc, énoncé lundi lors de la réunion d’ouverture de l’Assemblée mondiale de la santé, a été partagé sur le site du ministère turc de la Santé.

Koca a affirmé que la Turquie, depuis 2002, applique de brillantes réformes au niveau de son système de soin.


Ainsi, afin de permettre à chacun d’avoir accès aux services de soins requis, les procédures ont été facilitées et le budget de la santé a été augmenté au profit des citoyens.

"Aujourd’hui, 99% de la population en Turquie est couverte par le régime général d’assurance maladie. De plus, les services de soins d’urgence sont notamment devenus gratuits. Les services coûteux tels que les traitements de cancers, les transplantations d’organes, les services de soins intensifs sont notamment couverts par l’Etat", a indiqué le ministre.


"Les systèmes de soins ne rencontrent aucun problème d’application dans des conditions bonnes et stables. Cependant, ils prouvent leurs résistances lorsqu’ils sont confrontés à des conditions difficiles et inattendues. C’est exactement ce qu’il s’est passé dans mon pays en 2011", a déclaré Koca, revenant sur la crise syrienne.


"Notre système de santé et notre potentiel de travail ont été exposés à un test de résistance avec l’arrivée de 4 millions de Syriens. Face à cela, nous avons agit en étant conscients que priver nos invités (Syriens) des droits fondamentaux n’auraient pu avoir de conséquences positives ni pour eux, ni pour nos propres citoyens. Dès lors, nous avons choisi la voie de la couverture sanitaire universelle", a précisé le ministre turc.


"La crise syrienne n’a pas seulement été un test défiant les systèmes de santé mais aussi celui de l’humanité et de la politique internationale", a-t-il encore dit.


Koca a averti: "Tant que l’indifférence, l’insensibilité et l’ignorance persisteront face à cette crise, aucun pays du monde ne sera en sécurité. Au sommet de ces risques de sécurité vient celui de la santé."


A cet effet, Koca a félicité l’OMS, l’organisation la plus compétente dans le domaine de la santé, pour l’ensemble des travaux qu’elle mène.

L'assemblée mondiale de Santé, l'organe décisionnel suprême de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), s'est rassemblée, lundi, à Genève, en Suisse.

L'assemblée, qui réuni des ministres, vice-ministres et des hauts dirigeants dans le domaine de la santé des pays membres de l'OMS, durera jusqu'au 28 mai.

Emine Erdogan, l'épouse du Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, participera notamment à l'Assemblée.

Au premier jour de l'Assemblée, Koca a réalisé des entretiens bilatéraux avec les ministres de la Santé cubain, azerbaïdjanais et iranien.

Il réalisera des rencontres, ce mardi, avec ses homologues espagnol, tchèque et indonésien.

Aucun commentaire: