vendredi 17 mai 2019

En l’espace de 5 ans, plus de 20 000 réfugiés sont morts en mer Méditerranée

Scène de sauvetage par l'Aquarius de plus de 200 personnes perdues en mer - Par milliers, les 
réfugiés paient de leur vie l'attitude criminelle des dirigeants européens qui bafouent le Droit maritime
 et ne veulent pas assumer les conséquences de leurs politiques internationales - Photo : Giorgios Moufatis


SOS Méditerranée – Depuis 2014, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), près de 20 000 personnes sont mortes en tentant de traverser la Méditerranée sur des embarcations impropres à la navigation – une catastrophe humanitaire qui perdure et aurait pu être évitée si les Etats européens s’en étaient donné les moyens.
A la veille des élections européennes, SOS MEDITERRANEE revient sur cinq ans de détérioration et d’atteintes au droit maritime international et au droit humanitaire en Méditerranée centrale.


Cinq ans d’atteintes au droit maritime
2013-2014 : MARE NOSTRUM, une opération de la marine italienne torpillée par l’Union européenne

A la suite d’un terrible naufrage au large de Lampedusa, l’Italie lance l’opération de recherche et de sauvetage Mare Nostrum le 18 octobre 2013 afin de « prêter assistance à quiconque est trouvé en péril en mer ». Plus de 150 000 vies sont sauvées. Mais le 31 octobre 2014, l’Italie met fin à l’opération en raison du manque de soutien de l’Union européenne.

Mare Nostrum est remplacée par Triton, dont le but premier n’est plus de sauver des vies mais de contrôler les frontières. Malgré l’absence de navires de secours en mer, les gens continuent à fuir la Libye. Résultat : plusieurs milliers d’hommes, de femmes et d’enfants meurent noyés en tentant la traversée.

Aucun commentaire: