jeudi 14 mars 2019

Qui est le nouveau Premier ministre palestinien ?

En matière de développement et sur la scène mondiale, le responsable du Fatah Mohammed Shtayyeh a montré qu’il était un acteur sur lequel il fallait compter

Mohammed Shtayyeh assiste à un séminaire sur l’aide aux 
Palestiniens organisé par l’ONU en 2009 (AFP)

By Shatha Hammad in RAMALLAH, Territoires palestiniens occupés (Cisjordanie)
Dans le cadre d’un grand remaniement effectué par le président palestinien Mahmoud Abbas, Mohammed Shtayyeh a été nommé Premier ministre dimanche. Mais qui est-il ?

Contrairement à son prédécesseur, Rami Hamdallah, qui était indépendant sur le plan politique, Mohammed Shtayyeh est un allié de longue date d’Abbas.

Le fait qu’Abbas ait choisi un cadre du Fatah pour ce poste est considéré comme une tentative de plaire au mouvement, lequel n’était pas satisfait de Hamdallah et n’avait jamais accepté l’ancien Premier ministre Salam Fayyad avant lui, car ils étaient tous deux jugés incompatibles avec les positions du Fatah.

Mohammed Ibrahim Shtayyeh est né en 1958 dans le village palestinien de Tel, près de la ville de Naplouse, et y a vécu jusqu’à son entrée à l’Université de Birzeit, près de Ramallah, où il a étudié l’économie et les affaires.



Coup de force ou voie vers les bureaux de vote ? Abbas critiqué pour la dissolution du ParlementLire



Ses études l’ont ensuite conduit à Brighton, en Angleterre, où il a obtenu un doctorat en développement économique en 1989.

Shtayyeh est resté en grande partie dans le monde universitaire jusqu’au début des années 1990, bien qu’il ait également travaillé brièvement comme journaliste pour un journal appelé Al-Shaab.

Cependant, en 1994, il a commencé à faire des vagues dans la politique palestinienne en cofondant le Conseil économique palestinien pour le développement et la reconstruction (PECDAR), une institution qui détermine et établit les politiques de développement de l’Autorité palestinienne (AP).

Sous le dirigeant palestinien Yasser Arafat, Shtayyeh a assumé des responsabilités administratives et financières au sein du PECDAR, qu’il a présidé par la suite.

Il a également fondé l’Institut national des technologies de l’information (NIIT) dans le but de développer les compétences des Palestiniens et de répondre à leurs besoins en matière de développement, ainsi que l’Institut national d’administration (NIA), qui forme les cadres de l’AP.
Actif à l’étranger

Mohammed Shtayyeh s’est fait un nom sur la scène internationale en raison de ses compétences en matière de développement.

En mars 2002, Shtayyeh a contribué à la création du Club de Monaco, un groupe informel de personnalités ayant un poids politique et cherchant à développer les relations entre les pays de la Méditerranée orientale et à apporter une solution juste au conflit israélo-palestinien.

En décembre de la même année, Shtayyeh a accepté de devenir membre de la World Innovation Foundation, qui met l’accent sur la coopération mondiale par le biais de moyens scientifiques et économiques. De nombreux membres sont lauréats du prix Nobel.

En 1997, le président français Jacques Chirac l’a fait chevalier de l’ordre national du Mérite.
Politique palestinienne

En ce qui concerne la politique palestinienne, Shtayyeh a été élu membre du Comité central du Fatah en 2009 et, en 2010, il a joué un rôle important dans les négociations avec Israël à Washington.

Avant cela, en tant que secrétaire général de la Commission électorale palestinienne, il avait négocié avec Israël en vue des élections présidentielle et législatives de 1996, les premières depuis les accords d’Oslo de 1993.

Il a également dirigé la délégation palestinienne aux négociations multilatérales sur la coopération économique régionale (REDWG), qui abordent les thèmes du commerce, des finances, des infrastructures et du tourisme au Moyen-Orient.

Et de 1993 à 2004, Shtayyeh a été membre du Comité directeur des comités techniques de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Jérusalem.

Mohammed Shtayyeh est par ailleurs un homme de lettres. Il est l’auteur d’une trentaine de livres en arabe et en anglais.

L’un de ses premiers ouvrages, Ein Karem: A Palestinian Destroyed Village, a été publié par le centre de recherche de l’Université de Birzeit en 1982. Son ouvrage le plus récent, Israeli Settlements and the Erosion of the Two-State Solution, a été publié en anglais en 2015.

Traduit de l'anglais (original) par VECTranslation.

Aucun commentaire: