mardi 30 octobre 2018

Conflit israélo-palestinien: Netanyahu pour une médiation étrangère


Le Premier ministre israélien est favorable à une médiation de l’ONU et de l’Égypte entre Israël et le Hamas pour éviter une «crise humanitaire» dans la bande de Gaza, ont indiqué mardi des médias.



L’Égypte et des responsables de l’ONU tentent de parvenir à une trêve à long terme entre Israël et le Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, tandis que le Qatar fournit une aide humanitaire à cette enclave soumise à un blocus israélien depuis plus de dix ans.

Des mois de violences à la frontière entre Israël et la bande de Gaza font craindre une escalade pouvant déboucher sur une quatrième guerre entre Israël et le Hamas depuis 2008.

«Nous œuvrons pour empêcher que des forces (du Hamas) pénètrent en Israël et portent atteinte à nos soldats et nos localités», a affirmé M. Netanyahu cité par ces médias.

«D’un autre côté, nous agissons pour empêcher une crise humanitaire, c’est pourquoi nous acceptons les efforts de médiation égyptienne et de l’ONU afin que le calme règne et que les questions d’électricité soient réglées», a-t-il ajouté.

Les dirigeants israéliens s’expriment rarement sur les tractations menées par les Égyptiens en vue de faire baisser la tension et parvenir à un arrangement permettant d’assurer le calme à la frontière.

Les Gazaouis souffrent d’une pénurie d’électricité, d’un fort taux de chômage tandis que l’eau pour les ménages est polluée.

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne croyait pas qu’un arrangement soit possible avec le Hamas tout en préconisant des «coups très durs» contre le mouvement islamiste. Mais cette tactique pourrait avoir des répercussions imprévisibles et provoquer des pertes parmi les soldats israéliens.

Au moins 218 Palestiniens ont été tués et des milliers blessés lors d’affrontements à la frontière entre Israël et l’enclave palestinienne depuis le 30 mars. Un soldat israélien a été tué durant cette période.

Israël affirme que ses opérations sont nécessaires pour défendre la frontière et empêcher des infiltrations de Palestiniens que le Hamas tenterait d’orchestrer. Les Palestiniens et des ONG de défense des droits de l’Homme affirment que l’armée israélienne tire vers les manifestants sans qu’ils représentent de danger réel.

 lavenir.net 

Aucun commentaire: