vendredi 10 août 2018

La nuit où les forces israéliennes ont pris d’assaut notre Flottille de la Liberté

Swee Chai Ang

Le 29 juillet dernier, la marine israélienne a pris d’assaut le navire al-Awda de la Flottille de la Liberté et l’a détourné de Gaza vers Israël. Le Dr Ang Swee Chai, médecin à bord, se remémore ce qui s’est passé cette nuit-là

La dernière étape du voyage d’al-Awda (« le retour ») devait se terminer à Gaza le 29 juillet. Nous étions en bonne voie pour atteindre Gaza ce soir-là. Il y avait 22 personnes à bord, équipage compris, ainsi que 15 000 dollars d’antibiotiques et de bandages destinés à Gaza. À 0 h 31, nous avons reçu un appel manqué d’un numéro commençant par +81… Mikkel dirigeait le bateau à ce moment-là.

Le téléphone a sonné à nouveau avec un message indiquant que nous pénétrions dans les eaux israéliennes. Mikkel a répondu que nous étions dans les eaux internationales et que nous avions un droit de passage inoffensif en vertu du droit maritime.

L’accusation d’intrusion a été répétée à plusieurs reprises, tandis que Mikkel répétait que nous naviguions dans les eaux internationales. Cela a duré environ une demi-heure, alors qu’al-Awda était à 42 milles marins de la côte de Gaza.
Des actions non violentes

Avant le début de cette dernière étape, nous avions passé deux jours à apprendre à mener des actions non violentes et nous nous étions préparés à une invasion israélienne de notre bateau.

Les personnes vulnérables, en particulier celles qui souffraient de problèmes médicaux, devaient s’asseoir à l’arrière du pont supérieur, les mains sur la table du pont. Ce groupe était dirigé par Gerd, une athlète d’élite norvégienne de 75 ans. Gerd était aidée par Lucia, une infirmière espagnole de son groupe.

Ceux qui devaient constituer une barrière non violente face aux Israéliens censés arriver sur le pont et prendre possession du bateau formaient trois rangées – deux rangées de trois et une troisième rangée de deux personnes chargées de bloquer aussi longtemps que possible la porte de la timonerie. Il y avait des messagers entre la timonerie et l’arrière du pont. Zohar, qui dirigeait le bateau, ainsi que moi-même étions aux deux extrémités du couloir des toilettes, où nous regardions à l’horizon et informions tout le monde en cas d’apparition de bateaux armés.

Je devais également pouvoir apporter mon aide en tant que messagère et avoir accès à toutes les parties du pont pour servir de médecin à bord. Nous avons rapidement aperçu au moins trois grands navires de guerre israéliens à l’horizon avec au moins cinq Zodiacs qui filaient à toute vitesse en notre direction.

Lorsque les Zodiacs se sont approchés, j’ai vu qu’ils transportaient des soldats avec des mitraillettes et que de grosses mitrailleuses étaient montées sur les bateaux. J’ai vu le premier soldat israélien monter à bord au niveau de la cabine et grimper l’échelle du bateau jusqu’au pont supérieur.

Son visage était masqué par un linge blanc et beaucoup d’autres, tous masqués, le suivaient. Ils étaient tous armés d’une mitraillette et équipés d’une petite caméra sur la poitrine. Ils se sont immédiatement dirigés vers la timonerie, passant la première rangée de personnes en tordant leurs bras avant de soulever Sarah et de la jeter sur le côté.


Flottille de femmes à destination de Gaza, en octobre 2016 (@Malakamohammed)



Joergen, le chef cuisinier, était trop costaud pour être malmené : il a donc été tasé avant d’être soulevé. Ils ont attaqué la deuxième rangée en s’en prenant à Emelia, une autre infirmière espagnole, qu’ils ont écartée pour briser la ligne. Ils se sont ensuite approchés de la porte de la timonerie et ont tasé Charlie, le second, ainsi que Mike Treen, qui bloquaient l’entrée de la timonerie. Charlie a également été passé à tabac. 

Par la force et la coercition

La suite sur middleeasteye.net

Aucun commentaire: