mardi 7 août 2018

Israël ou l’Etat anti-juif

Des rabbins manifestent à Paris contre Israël


L’Etat d’Israël vient de réussir, soixante-dix ans après sa création, un doublé magistral : le 14 mai 2018 et avec l’appui de Donald Trump, il désigne la ville sainte de Jérusalem comme « sa vraie capitale », puis neuf semaines plus tard, la Knesset adopte une loi définissant le pays comme « l’Etat-nation du peuple juif ». Contrairement à ce que l’on croit savoir, ces deux mesures ont porté préjudice aux personnes de confession juive.

De tout temps, les Juifs ont sans cesse suscité l’antipathie et la haine chez ceux qui n’appartiennent pas à leur communauté. Ces derniers les jalousent d’être le premier peuple auquel Dieu s’adressa par l’intermédiaire de ses prophètes. Certains iront même jusqu’à dire que « les gens n’aiment pas les Juifs car ils ont inventé le concept du Dieu unique », concept qui limitait les chances de rédemption et de pardon à une époque où le polythéisme était fortement ancré dans la société.

Fidèles à leur croyance, solidaires les uns envers les autres et commerçants avisés, les « enfants d’Israël » se sont rapidement immiscés dans les rouages économiques des pays où ils vivaient. Sentant là une menace, Pharaon et l’empereur romain Titus les chassèrent respectivement d’Egypte et de Jérusalem. C’est alors que débuta la diaspora juive.

Vivons cachés, vivons… presque heureux


La suite sur webdo.tn

Aucun commentaire: