mercredi 8 août 2018

France : Silence des politiques après la fusillade raciste de Beaune

Une semaine après la fusillade qui a fait sept blessés dont un grièvement, des internautes s’interrogent sur l’absence de réaction des responsables politiques, dénonçant en filigrane une compassion «deux poids deux mesures».

«Aucune piste n’est à ce jour privilégiée», a déclaré le 
procureur adjoint de Dijon, Thierry Bas. / Ph. DR.


Combien sont-ils à avoir condamné la fusillade survenue dans la nuit de dimanche 29 à lundi 30 juillet à Beaune ? Une semaine après que sept jeunes ont été blessés, dont un grièvement, par des tirs de fusil dans cette commune de Côte-d’Or, le silence des responsables politiques alimente le vacarme
sur les réseaux sociaux.

Le parquet de Dijon a toutefois évoqué, vendredi 3 août, «des insultes à caractère raciste» proférées plus tôt dans la soirée, indique Le Monde. «Des insultes à caractère raciste auraient été proférées par les occupants du véhicule», a déclaré dans un communiqué le procureur adjoint de Dijon, Thierry Bas. «Aucune piste n’est à ce jour privilégiée», a-t-il ajouté.

«Heureusement que le banc était là pour me sauver, a témoigné l’une des victimes à France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Sans cela, je pense que c’était fini pour moi. Au bord de la voiture, j’ai vu à leurs regards qu’ils avaient une haine envers nous». «Le pire, c’était les propos, dénonce le même jeune homme. Comme quoi on serait des bougnoules, qu’on n’avait rien à faire dans ce pays et qu’ils allaient revenir calibrés».

Malgré la gravité des faits et la dimension raciste des propos proférés par les tireurs, l’heure est au silence dans les rangs des responsables politiques. Un mutisme couplé à une forme d’indifférence générale, qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes.

La suite sur  yabiladi.com

Aucun commentaire: