mercredi 11 juillet 2018

Israël lance une campagne de dénigrement contre la Turquie pour bloquer l’aide humanitaire turque à Jérusalem

Israël a lancé une campagne de dénigrement médiatique contre la Turquie en préparation d’un effort pour bloquer le soutien turc aux Palestiniens dans la partie occupée de Jérusalem-Est, selon un récent rapport du Middle East Eye.


Israël – consterné par la réélection du président Recep Tayyip Erdoğan, l’une des voix les plus virulentes décriant les violations israéliennes contre les Palestiniens – a commencé à se préparer pour bloquer le soutien persistant de la Turquie, a expliqué le rapport.

Vendredi, un rapport du quotidien israélien Yedioth Ahronoth intitulé « Sultana » a tenté de diffamer la première dame, Emine Erdoğan. Le rapport a présenté la première dame comme accro au shopping, détaillant ses vêtements, son sac à main et sa sélection de bijoux, achetés à des prix exorbitants. Il a présenté l’éducation humble d’Emine Erdoğan et le manque d’études supérieures ou d’expérience de travail, suggérant qu’elle n’est pas qualifiée pour être l’épouse d’un puissant leader mondial.

Ironie du sort, l’épouse du Premier ministre Benyamin Netanyahou, Sara Netanyahou, fait face à des accusations de fraude après avoir prétendument réclamé des repas d’une valeur de 100 000 dollars. La famille est également soupçonnée de recevoir pour un quart de million de dollars de cigares de luxe, de champagne et de bijoux de riches individus en échange de faveurs financières et personnelles.

La chaîne 2 d’Israël a publié plus tard un rapport intitulé « Le plan préparé par Israël contre Erdogan ». Le diffuseur a affirmé que les Palestiniens et les pays arabes en avaient assez de l’activité de la Turquie dans Jérusalem-Est occupée. Le rapport indique que le Conseil israélien de sécurité nationale enquête sur l’Agence Turque pour la Coopération Internationale et le Développement (TIKA), l’agence turque de secours qui opère à Jérusalem-Est avec un permis. Il soupçonne maintenant la TIKA de s’associer à la branche nord du Mouvement islamique et au Hamas, a indiqué la chaîne. Israël a arrêté à plusieurs reprises le chef du Mouvement islamique, Cheikh Raed Salah, pour incitation au terrorisme, et a inscrit le Hamas dans la catégorie des groupes terroristes.

Le radiodiffuseur a également déclaré que le Conseil israélien de sécurité nationale avait préparé un plan pour utiliser toute agression d’Erdoğan comme justification pour empêcher l’agence d’aide turque d’opérer à Jérusalem.

Selon le rapport du plan – qui sera supervisé par Netanyahou lui-même – les autorités israéliennes commenceront à restreindre le travail de la TIKA et à la forcer à obtenir une autorisation explicite d’Israël pour n’importe laquelle de ses activités.

Israël accuse la TIKA d’être le bras du gouvernement turc visant à renforcer l’influence à Jérusalem et à la mosquée Al Aqsa, à travers la distribution d’aide et même l’organisation d’iftars pendant le Ramadan. Il accuse également l’organisation de secours d’inciter les habitants de Jérusalem à une résistance violente.

Le 11 juin, les autorités israéliennes ont arrêté Ebru Özkan, une ressortissante turque de 27 ans, à l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv, après une visite de trois jours à Jérusalem. Elle a ensuite été accusée de trafic d’argent, de parfum et d’un chargeur de téléphone pour le groupe palestinien Hamas. Un tribunal a maintenant demandé sa libération conditionnelle après le tollé général. La détention d’Özkan a pour seul but de faire pression sur la Turquie et de dissuader d’autres Turcs et Musulmans de visiter Jérusalem occupée et la mosquée Al Aqsa.

Israël a occupé Jérusalem-Est, où se trouvent Al Aqsa et le Haram al-Sharif, pendant la guerre israélo-arabe de 1967. Dans un mouvement jamais reconnu par la communauté internationale, il annexa la ville entière en 1980, la revendiquant comme la capitale « éternelle et indivisible » de l’État juif.

Aucun commentaire: