vendredi 7 juillet 2017

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud veut rétrograder l’ambassade en Israël

L’ANC annonce qu’il a l’intention de rebaptiser la mission diplomatique en « bureau d’intérêt », une décision qui, selon l’envoyé israélien à Pretoria, pourrait nuire aux intérêts de l’Afrique du Sud


Photo d'illustration de Pretoria, en Afrique 
du Sud (Crédit : iStock/Getty Images/vlbentley)

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud a annoncé cette semaine son intention de rétrograder son ambassade en Israël à un « bureau d’intérêt ».

Lors d’une importante conférence sur la politique à Johannesburg, la commission des Relations internationales du Congrès national africain a pris des décisions sur un certain nombre de recommandations à adopter en tant que politique officielle du parti plus tard cette année.


« La commission a appelé à la rétrogradation de l’ambassade sud-africaine en Israël pour envoyer un message fort à l’occupation illégale et continue d’Israël de la Palestine et les violations continues des droits de l’Homme contre les peuples de Palestine », a annoncé mardi le président de la commission.

Les militants anti-israéliens ont célébré cette décision tandis que les responsables israéliens n’y voient qu’une recommandation de politique qui ne pourrait jamais être mise en œuvre par le gouvernement.

Le président de l’Afrique du Sud et du Congrès national africain (ANC),
 Jacob Zuma, à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, le 16 avril 2016. (Crédit : Michael Sheehan/AFP)

« C’est une victoire majeure pour les droits de l’Homme et pour le peuple palestinien » s’est réjoui une branche régionale de l’ANC, selon un communiqué publié mercredi.

« La résolution d’hier est la position la plus forte et la plus claire adoptée par l’ANC dans notre histoire en tant que parti au pouvoir… Nous ne croyons pas qu’Israël et son lobby tenteront de faire pression sur l’ANC, mais cette décision puissante restera ferme dans l’avancement des intérêts et de la solidarité de notre peuple. Nous mettons en garde Israël de ne pas interférer avec notre politique locale, mais plutôt de construire une paix juste avec les Palestiniens », a-t-il poursuivi.


twitter.com


Dans un échange avec le Times of Israel jeudi, l’ambassadeur d’Israël à Pretoria, Arthur Lenk, a mis en évidence les conséquences négatives que la mise en œuvre d’une telle décision aurait pour l’Afrique du Sud.

« Toute décision de rebaptiser l’ambassade sud-africaine en Israël ne fera que nuire aux Sud-Africains et n’aura aucun impact sur Israël ou les Palestiniens », a-t-il déclaré. « Une telle décision limiterait les possibilités pour la promotion des exportations sud-africaines, ce qui est extrêmement important pour la transformation économique ou socio-économique ».

L’ambassadeur de Pretoria à Ramat Gan n’a pas pu être contacté pour commenter cette information.

Les diplomates sud-africains en Israël tentent souvent de minimiser les décisions anti-israéliennes de l’ANC – comme par exemple le fait d’avoir reçu de hauts responsables du Hamas – en soulignant que le parti, dont le siège est à Johannesburg, n’est pas la même chose que le gouvernement de Pretoria. Cependant, il convient de noter que l’ANC a une majorité absolue au sein du Parlement du pays.

Le chef politique du Hamas, Khaled Meshaal, pendant un rassemblement 
du Congrès national africain en l’honneur du Hamas au Cap, en Afrique 
du Sud, le 21 octobre 2015. (Crédit : Rodger Bosch/AFP)

Lors de la Conférence nationale sur les politiques de l’ANC, qui se tient tous les cinq ans, quelque 3 000 délégués issus des branches du parti de partout dans le pays adoptent systématiquement des centaines de résolutions dans divers domaines, y compris certains sur le conflit israélo-palestinien. Les recommandations formulées lors du sommet de cette semaine seront probablement ratifiées à la Conférence nationale de l’ANC à la mi-décembre, au cours desquelles le parti choisira un nouveau leader pour remplacer son président, Jacob Zuma.

« Au sujet de la Palestine, la commission réaffirme l’engagement inébranlable et constant de l’ANC pour la lutte de la population palestinienne », a déclaré mardi le président du groupe des relations internationales.

« La commission exprime sa déception par le manque d’engagement des Israéliens envers la paix avec le peuple palestinien. La commission débat l’occupation illégale et continue de la Palestine par Israël, qui en est à sa cinquantième année, et le non-respect d’Israël de la loi internationale ».

Un « document pour discussion » publié par la commission pour la conférence de cette semaine appelle à la mise en œuvre rapide d’une solution à deux États pour résoudre le conflit israélo-palestinien. Il poursuit en prédisant que la « crise palestinienne sera exacerbée » en raison des récentes « déclarations pro-israéliennes » de l’administration américaine.


En outre, la commission des relations internationales de l’ANC a mis en garde contre les efforts israéliens pour « galvaniser le soutien de l’Afrique du Sud et d’autres pays en vue de saper la cause palestinienne ».


Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu en Afrique deux fois au cours des 12 derniers mois et prévoit une troisième visite plus tard cette année. L’ANC « engagera des forces progressistes sur le continent sur la nécessité d’élaborer une position commune en prévision du prochain sommet israélo-africain prévu pour octobre 2017 au Togo », a déclaré le document.

fr.timesofisrael.com

RAPHAEL AHREN

Aucun commentaire: