mardi 11 juillet 2017

L’ANNIVERSAIRE DE LA TENTATIVE DE COUP D’ETAT DU 15 JUILLET 2016 EN TURQUIE


Dans la soirée du 15 juillet 2016, une faction des forces armées turques a tenté un coup d’État dans diverses villes de Turquie, notamment à Ankara et à Istanbul.
Il a été entendu en très peu de temps que cela était plus qu’un complot perfide : Ce fut une campagne terroriste. Les auteurs ont tiré sur leur propre peuple, poignardé leurs commandants dans le dos et bombardé le Parlement national et le Bureau de la présidence.

Dès le début, la chaîne de commandement et une grande majorité des forces armées turques se sont levées contre la tentative de coup d’Etat. C’était seulement quelques éléments des forces aériennes, la gendarmerie et des unités blindées qui ont rejoint la conspiration violente. La police ainsi que les procureurs ont immédiatement pris les mesures nécessaires pour contrecarrer la tentative.
Par-dessus tout, ce fut la nation turque qui a contrecarré la manœuvre. Elle a fait preuve d’une solidarité historique en descendant dans les rues et restant déterminée. Cette dernière est restée avec bravoure devant les chars et a regagné ses droits démocratiques. 

Les terroristes ont essayé de diffuser leur message en s’emparant des studios de la chaine télévisée nationale (TRT) et attaquant les organes de presse privés. Pourtant, la tentative des conspirateurs pour contrôler les médias n’a pas duré longtemps. Il faut noter que les médias turcs ont également joué un rôle clé dans la dissipation de la tentative de coup d’Etat. 

Tout au long du processus, tous les partis politiques et les membres de la Grande Assemblée nationale turque ont fermement défendu la démocratie, la politique démocratique, les institutions démocratiques et la Constitution. Une déclaration conjointe pour la défense de la démocratie a été émise au cours de la réunion extraordinaire de l’Assemblée générale le 16 juillet.
Pendant les opérations retenues contre le groupe terroriste, plus de 10 mille ont été détenus et 4 mille ont été arrêtés à ce jour et plus de 100 conspirateurs ont été capturés morts.
Malheureusement, 250 concitoyens ont perdu la vie et plus de 1400 ont été blessés.
Un groupe de huit impliqué dans la tentative de coup d’Etat a fui en Grèce à bord d’un hélicoptère qu’ils ont volé. Les mesures nécessaires ont été prises pour le retour des suspects et de l’hélicoptère.
Cette tentative de coup d’Etat a été mise en scène en termes non équivoques par l’organisation terroriste Fethullah Gülen (FETÖ). Le Gouvernement turc exposait constamment les motivations réelles de ce groupe terroriste et de son chef Fethullah Gülen, à tous ses alliés et partenaires. Le coup d’Etat déjoué est le dernier acte criminel révélant le danger posé par FETÖ.
Président, Premier ministre, Gouvernement et les membres de la Grande Assemblée Nationale de Turquie et le peuple turc ont anéanti tous ensemble cette tentative de coup d’Etat et défendu la démocratie et la primauté du droit. Les terroristes seront punis conformément à la loi.

AU COURS D’UNE CONFERENCE DE PRESSE A L’ISSUE DU SOMMET DU G20

Recep Tayyip Erdogan : « Les terroristes (FETO) considèrent les pays occidentaux comme un refuge
Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, a précisé que les membres de l’organisation terroriste considéraient les pays occidentaux comme un refuge.

" Nous ne resterons pas silencieux face au soutien apporté aux organisations terroristes " a-t-il dit.
M. Erdogan a déclaré, lors d’une conférence de presse tenue à Hambourg à la fin du sommet des leaders du G20, que la lutte contre le terrorisme constituait un des principaux dossiers du sommet.
Soulignant que pendant le sommet l’accent a été mis sur une position déterminée et cohérente face aux organisations terroristes dans la lutte contre la menace terroriste qui se globalise, M. Erdogan a relevé que le deux poids deux mesures adopté à l’égard des organisations terroristes devait être abandonné et qu’aucun progrès important ne pourrait être enregistré sans une coopération et une solidarité internationales.
" Nous observons malheureusement que les personnes qui ont commis des crimes, des actes terroristes et qui ont tué des innocents dans notre pays, sont protégées. L’exemple le plus concret et le plus triste est malheureusement celui des terroristes de l’organisation terroriste guléniste (FETO) qui ont fui notre pays. Ils considèrent les pays occidentaux comme un refuge" a-t-il dit.
" Nous ne resterons jamais silencieux ni inactifs face au soutien, à l’armement des organisations terroristes (PKK/PYD) de l’autre côté de notre frontière et à la création d’îlots terroristes dans la région" a-t-il dit, soulignant que la Turquie n’hésiterait pas à avoir recours à son droit de légitime défense face aux formations qui menacent sa sécurité nationale.
" Ce n’est pas garanti que les armes distribuées hier dans la région et pointées aujourd’hui contre nous, ne seront pas utilisées demain dans des actes terroristes dans d’autres régions du monde " a-t-il ajouté.
M. Erdogan a également évoqué l’échec des pourparlers chypriotes.
" Les efforts dévoués, l’attitude sincère et modérée de la Turquie et du secteur chypriote-turc n’ont pas mérité ce résultat. La Turquie continuera de déployer des efforts pour contribuer aux différents paramètres de la résolution de la question chypriote " a-t-il dit.
En ce qui concerne la crise qatarie, Recep Tayyip Erdogan a souligné qu’ils considéraient les accusations contre ce pays comme étant injustes et que les sanctions n’étaient pas une bonne décision.
" Il faut respecter la souveraineté du Qatar comme tout autre pays dans le monde " a-t-il ajouté.
M. Erdogan a, en dernier lieu, répondu à une question sur le référendum prévu en septembre dans l’administration régionale kurde d’Irak.
" Nous attachons beaucoup d’importance à leur unité et leur intégrité " a-t-il répondu. AA

Aucun commentaire: