mercredi 19 juillet 2017

Jérusalem: les musulmans maintiennent leur boycott de l'esplanade des Mosquées

Les fidèles musulmans ont de nouveau boycotté mardi l'esplanade des Mosquées à l'appel des autorités religieuses palestiniennes pour protester contre l'installation par Israël de détecteurs de métaux, après une attaque qui a coûté la vie à deux policiers.

Pour la troisième journée consécutive, des dizaines de musulmans ont refusé de se soumettre au contrôle des détecteurs de métaux installés à certaines portes d'accès de l'esplanade des Mosquées, dans la vieille ville de Jérusalem.

En signe de protestation, ils ont de nouveau prié à l'extérieur de ce troisième lieu de l'islam, aux abords duquel trois Arabes israéliens ont tué vendredi deux policiers israéliens avant d'être abattus. La police a affirmé que les assaillants venaient de l'esplanade. Depuis cette attaque, des protestations et des affrontements se sont produits à l'extérieur du site sur lequel s'élèvent le dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa.

L'esplanade est également révérée par les juifs comme le Mont du Temple. Elle est bâtie sur le site du Temple juif détruit par les Romains en l'an 70 et dont l'unique vestige, le mur des Lamentations, est situé en contrebas.

Mardi, la police israélienne a affirmé que des musulmans étaient venus prier sur l'esplanade des Mosquées, mais sans donner d'estimation sur leur nombre. Le site paraissait toutefois peu fréquenté.

Le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah a critiqué l'installation de détecteurs de métaux comme une "mesure dangereuse qui va aboutir à une mise en cause de notre liberté de culte et constituer une obstruction à la liberté de mouvement des fidèles".

Israël assure ne pas vouloir modifier les règles tacites d'un statu quo aux termes duquel les musulmans peuvent monter à toute heure sur l'esplanade et les juifs y pénétrer à certaines heures mais sans pouvoir y prier.

Près de Hébron en Cisjordanie, territoire palestinien occupée par Israël depuis 50 ans, un Palestinien de 30 ans a perpétré mardi une attaque à la voiture bélier, blessant deux soldats israéliens avant d'être abattu.

Depuis octobre 2015, Israël et les Territoires palestiniens sont en proie à des violences qui ont causé la mort de 283 Palestiniens, 44 Israéliens, deux Américains, deux Jordaniens, un Érythréen, un Soudanais et une Britannique, selon un décompte de l'AFP.

A Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville sainte annexée par Israël, un Palestinien de 17 ans blessé lundi par des tirs de policiers israéliens était mardi dans un état qualifié de "critique" par l'agence palestinienne Wafa.

Dans un communiqué, l'hôpital palestinien Makassed de Jérusalem-Est, où ce Palestinien est soigné, a affirmé que des forces israéliennes avaient effectué une incursion dans l'établissement et en avaient perturbé le fonctionnement.

La police israélienne a fait état de six arrestations durant la nuit de lundi à mardi dans deux quartiers de Jérusalem-Est.

Aucun commentaire: