jeudi 6 juillet 2017

Ismaïl Haniyeh réaffirme l’engagement du mouvement Hamas dans la résistance à l’occupant

Janvier 2012 - Ismail Haniyeh, Premier ministre palestinien,
 lors de son arrivée à Tunis, et accueilli par le Premier ministre
 tunisien Hamadi Jebali - Photo : Archives Info-Palestine.eu


Ma’an News – Dans son premier discours comme nouveau responsable du bureau politique du mouvement Hamas, Ismail Haniyeh a souligné que le droit au retour des Palestiniens, la libération des terres palestiniennes et des lieux saints, et la création d’un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale étaient des droits non négociables.

Auparavant premier adjoint au responsable du Hamas, Haniyeh a été élu en mai dernier pour remplacer Khalid Meshaal à la plus haute position du mouvement Hamas.

Haniyeh a déclaré que le Hamas s’opposerait à tout arrangement diplomatique qui ne garantissait pas les droits historiques des Palestiniens.

Il a ajouté que le Hamas a rejeté le terrorisme, qualifiant l’Islam de religion de la coexistence et de la paix, et ajoutant que la résistance palestinienne combattait le « véritable terrorisme », à savoir l’occupation israélienne.

Haniyeh a cité la nouvelle charte du Hamas, soulignant que le Hamas était disposé à collaborer avec toutes les factions politiques palestiniennes pour conduire une stratégie politique et de résistance dans les affaires palestiniennes internes et externes.

Il a poursuivi en soulignant l’importance de se réunir pour protéger les Palestiniens, sans compromettre leurs droits à la liberté, à l’indépendance et au retour sur leurs terres.

Dans le cadre de cette volonté affirmée de travailler à l’unité palestinienne, Haniyeh a fait référence à une récente réunion entre le Hamas et l’ex-responsable du Fatah Muhammad Dahlan au Caire, qui, selon lui, aurait un impact positif sur les Palestiniens.

Avec l’élection de Haniyeh en tant que premier dirigeant du Hamas, la direction du mouvement s’est concentrée à Gaza, rendant le parti politique dépendant de la bonne volonté du gouvernement égyptien pour maintenir la liberté de mouvement de ses dirigeants à travers leur frontière commune, alors que le Caire a collaboré au siège israélien vieux de 10 ans.

La relation renforcée du Hamas avec l’Égypte se produit au milieu d’une alliance de plus en plus évidente avec Dahlan – avec qui le Hamas a confirmé l’existence d’un accord pour défier l’Autorité palestinienne basée à Ramallah (AP).

Dahlan aurait rencontré le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, lors d’une visite au Caire – supposément sans qu’Ismail Haniyeh en soit informé, ce qui serait révélateur d’un désaccord au sein du mouvement – suite à quoi des informations ont circulé alléguant que Dahlan devait être nommé chef du gouvernement de facto de Gaza.

Le Fatah, le parti de premier plan dans l’AP, et le Hamas sont en conflit depuis que le mouvement du Hamas a remporté des élections législatives palestiniennes en janvier 2006, puis ait pris le contrôle de la bande de Gaza un an plus tard.

Mardi, l’AP a annoncé qu’elle imposait à plus de 6 000 fonctionnaires de la bande de Gaza de prendre leur retraite anticipée. C’est la dernière initiative dans une querelle de plus en plus amère entre le Hamas et l’AP – qui a été marqué ces derniers mois par une diminution spectaculaire de l’approvisionnement en électricité de Gaza et des réductions du financement pour le secteur médicaldans l’enclave assiégée.

En ce qui concerne les prisonniers palestiniens détenus par Israël, Haniyeh a déclaré mercredi qu’un échange potentiel de prisonniers avec Israël était plus proche qu’à tout autre moment auparavant.

Il a également soutenu que Jérusalem restait au cœur de la lutte palestinienne et que le Hamas continuerait à se battre pour protéger le patrimoine islamique de la ville sainte contre les tentatives israéliennes de judaïsation.

Haniyeh a également ajouté que les yeux du Hamas se portaient aussi sur la Cisjordanie occupée, et qi’il était prêt à soutenir une révolution à venir menée par la « génération de l’Intifada de Jérusalem », en référence à une vague de révoltequi a éclaté à la fin de 2015.

5 juillet 2017 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine

Aucun commentaire: