lundi 10 juillet 2017

Début du procès devant un tribunal israélien du militant palestinien Issa Amro

Le militant palestinien Issa Amro lors de son arrivée, dimanche 9 juillet 2017, 
devant un tribunal militaire israélien d'Ofer, en Cisjordanie.ABBAS MOMANI / AFP


Dans les Territoires palestiniens occupés, un procès symbolique et qui promet d’être long s’est ouvert dimanche 9 juillet. Issa Amro, militant des droits de l’homme palestinien a comparu devant la cour militaire israélienne d’Ofer en Cisjordanie. Le fondateur du mouvement pacifiste « Youth against settlements » (Les jeunes contre les colonies) est accusé, entre autres, d’incitations à la violence et de participation à des manifestations non autorisées. Des accusations qu’il rejette en bloc en dénonçant un procès politique. Issa Amro encourt jusqu’à 10 ans de prison. Compte-rendu d’audience.

Avec correspondante à Ramallah, Marine Vlahovic

Dans la salle d’audience, des organisations de défense des droits de l’homme et des diplomates européens sont venus en soutien. Issa Amro comparait devant une cour militaire israélienne pour incitation à la violence.

En cause, un slogan scandé en février 2016 à Hébron lors d’une manifestation jugée illégale: « 1, 2, 3, 4, l’occupation, ça suffit. C’est le slogan qu’on chante à toutes les manifestations, et je suis fier de dire que je suis contre l’occupation », affirme Issa Amro.

Et le Palestinien de 37 ans, figure de la lutte pacifiste contre l’occupation, dénonce un acharnement politique. « C’est un procès illégal, politique. La droite israélienne essaie de faire taire ceux qui sont contre l’occupation et la colonisation. C’est une farce, mais c’est la réalité de l’occupation militaire. »
Fin publicité dans 7 s

Deux soldats israéliens se succèdent à la barre pour livrer leurs témoignages, fragiles et contradictoires, selon Gaby Laski, avocate de la défense. « Nous avons réussi à prouver qu’il ne s’agissait pas d’une manifestation illégale, que c’était un rassemblement pacifiste et donc qu’il n’y avait pas d’incitations à la violence. Il nous reste à faire tomber les autres charges qui pèsent contre lui », dit-elle.

En tout, dix-huit chefs d’accusation pèsent contre Issa Amro. La prochaine audience a été fixée au 22 octobre.

Aucun commentaire: