vendredi 23 juin 2017

« Une attaque contre la libre pensée » : Middle East Eye répond aux injonctions saoudiennes

L’Arabie saoudite et ses alliés ont exigé la fermeture d’un éventail de médias dans le cadre de leur campagne contre le Qatar

Le ministre émirati des Affaires étrangères Anwar 
Gargash a peur d’une presse libre (AFP)


Une coalition d’États dirigée par l’Arabie saoudite a imposé treize exigences au Qatar pour lever son blocus, dont la fermeture d’Al Jazeera ainsi que des publications et sites web qu’elle juge « soutenues directement ou indirectement par le Qatar ».

La liste rédigée par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte appelle également le Qatar à rompre tous les liens avec l’Iran, à verser une indemnité aux États requérants pour les « victimes et [les] pertes » occasionnées par la politique étrangère qatarie et un « mécanisme » déployé sur dix années pour garantir le respect des termes de l’accord par le Qatar.

Parmi les organisations médiatiques « soutenues » par le Qatar, selon la liste, figurent Arabi21, al-Araby al-Jadeed, Sharq et Middle East Eye, basé à Londres.

Le Qatar a dix jours pour accepter ces exigences, est-il indiqué.

David Hearst, rédacteur en chef de Middle East Eye, a déclaré que son organisation n’était pas financée par le Qatar – ni par un quelconque autre État ou groupe – et n'avait pas l'intention de fermer.

Middle East Eye est indépendant de tout gouvernement ou mouvement et n’est pas financé par le Qatar », a-t-il déclaré.

« Le sort d’Al-Jazeera dépendra peut-être des discussions entre le gouvernement qatari et ses voisins. Mais Middle East Eye est là pour rester. »

« MEE couvre la région sans peur ni favoritisme et nous avons présenté des articles critiques envers les autorités qataries, montrant par exemple comment les travailleurs du sous-continent sont traités dans les projets de construction pour la Coupe du monde 2022. »

Jeudi, le ministre émirati des Affaires étrangères Anwar Gargash a accusé Al Jazeera d’être un « un média [servant de relai aux] Frères musulmans ».

« C’est une caisse de résonnance de l’extrémisme. Ce média a blanchi des personnalités qui sont devenues des symboles du terrorisme. »

David Hearst a déclaré que ces affirmations ainsi que les exigences de la liste portant sur la fermeture d’autres médias ont été conçues pour étrangler les points de vue indépendants.

« Évidemment, c’est une attaque contre tous ceux au Moyen-Orient qui osent proposer une opinion indépendante », a-t-il soutenu.

« M. Gargash a peur de ce que nous appelons en Grande-Bretagne la presse libre. »


Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

Aucun commentaire: